Soyez le bienvenue parmi nous ! ♥️
H/Y/Y accepté à certaines conditions (cf règlement)
Forum RP - RPCB
Si vous avez des questions, n'hésitez pas !
NOUVEAU THÈME PROCHAINEMENT DISPONIBLE ! TENEZ VOUS PRÊTS !
N'oubliez pas de signer le règlement lors de votre inscription !
Votez pour nous pour que notre communauté s'agrandisse !
Pour ceux qui ont utilisé cette fiche de présentation, veuillez vite la modifier suite à un changement de codage ! Excusez pour la gène que cela peut faire sur les présentations actuelles ...
N'oubliez pas le jeu du loup garou ! http://kagaribi.forumactif.org/t227-les-loups-garous-de-thiercelieux
Un serveur Mumble a été ouvert rien que pour nous !! http://kagaribi.forumactif.org/t348-serveur-mumble-kagaribi#2823

Partagez | 
 

 L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Ven 3 Jan - 14:13

Akai Ketsueki
Sexy boys - Élève ♂
avatar
Race : Sorcier

Messages : 55
Rubis : 0
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 21
Localisation : Dans un arbre en train de lire.
Sexy boys - Élève ♂


Ah une bonne nuit de sommeil, voila ce qu'il s'était dit en s'allongeant sur son lit après une longue journée de cours. Malheureusement les choses ne se passe parfois pas comme prévue et ce fut son cas durant cette nuit. Alors que dans son esprit brumeux rêves et cauchemar alternait leurs rôles l'un d'entre eux fut suffisamment puissant pour le faire bouger sans son accord. Le somnambule entrait en action, quittant son lit doucement il commença à se déplacer dans la chambre en plein milieu de la nuit alors que tout le monde devait surement dormir. Sortant de la chambre sans bruit et sans soucis il dépassa sans s'en rendre compte la limite le séparant de son arme. La magie de Batsugun s'activant l'arme enfermé dans une housse se mit à léviter et rejoignit son maitre, ce dernier même endormie restait quand même liées avec sa lame et sans se réveiller il l'attrapa dans sa main gauche avant de reprendre son chemin.

Avançant vers l'escalier il se mit à le descendre sans se rendre compte que sa lame tapotait contre le sol, titubant d'un seul coup durant les dernières marches il s'écrasa dans un gros fracas sur le sol...malheureusement ce léger choc qui aurait put réveiller un humain ne suffit pas à lui faire ouvrir les yeux -façon de parler puisqu'il ne les ouvres jamais, éveillé ou non-, quoi qu'il en soit il se releva doucement avant de reprendre son chemin, ne souciant même pas de ce qu'il était en train de faire et de la tenue dans laquelle il se trouvait. Car oui étant en train de pioncer le somnambule était sans s'en rendre compte en train de se balader dans le pensionnat en étant vêtu seulement d'un caleçon bleu foncé!

Mais bon l'endormis ne prenant pas cela en compte il continua de descendre les étages toujours en faisant moyennement du bruit pour finalement arriver au rez de chaussé afin de se diriger vers l'endroit qui intéressait le jeune homme endormis. Il finis par arriver devant une porte, tentant de l'ouvrir il se rendit vite compte qu'elle était fermés ce qui fit grogner l'endormis qui se croyait dans un rêves, son ventre se mit également à grogner...oui le seigneur de guerre avait la dalle et voila ce qui l'avait conduit jusqu'à la cantine dans son sommeil!

Armant sa jambe le garçon frappa de toute ses forces dans la double porte, faisant céder l'une des deux qui sortit de ses gonds pour aller se fracasser plus loin dans la cantine, renversant quelques chaises et une table dans un bruit de puissant fracas. La force de l'homme restait élevés malgré ses limitation,bien plus que celle d'un humain mais restait bien en dessous de celle que pouvait atteindre les vampires ou lycan. Le somnambule continua d'avancer et se dirigea vers la cuisine de la cantine, arrivant devant la porte il l'ouvrit de la même manières que sa collègue, bien que celle-ci ne sortit pas de ses gonds mais ce fut la serrure qui lâcha, le bruit lui restant tout de même conséquent.

Enfin arriver le somnambule faisait à présent face à la pièces où était préparer petit déjeuner,déjeuner et diner au pensionnat. S'avançant vers un frigo le somnambule de service l'ouvrit et commença à le fouiller, ne se doutant pas un seul instant que tout le bruit qu'il avait causé allait avoir pour effet de lui donner un réveil des plus...frappant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Ven 3 Jan - 15:06

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀

Comme tous les soirs, je dors tranquillou sur le toit. Enfin dort... Je n'y arrive pas mais bon. Je me contente de m'adosser contre la barrière du toit en regardant le ciel jusqu'à que je m'endorme... Et parfois c'est tellement long. Ça doit faire combien de temps, déjà, que je n'ai pas passé une bonne nuit ? Des années et des années, que je ne dors pas sans faire de cauchemar... C'est pas super, après bonjours les cernes que j'aurais eu si j'étais une simple humaine. Mon cerceuil est à côté de moi. Je sais qu'elle préférerait une belle chambre bien chaude mais ici on a pas chacune notre chambre. Et moi les colocataires c'est pas mon... Mon... Mon kiff ? C'est comme ça qu'il dise mes humains.

Bref, je n'arrive donc pas à dormir... Je décide donc de me baladé dans le pensionnat. Je descend déjà les escaliers qui me mènent sur le toit apres avoir remis Mikono, enfin, elle dans son cerceuil sur mon dos. J'espère trouvé un endroit pour dormir, qui sait,peut être paisiblement sans faire de cauchemar. Je me promène et cherche en même temps. Alors voyons... Déjà, au hall, un n'y a jamais personne la nuit, donc j'en conclu que c'est silencieux. Je descend donc les escaliers pour arriver dans le hall. Silencieux comme je l'aime. Je vais me mettre dans un coin sombre pour ne pas être vu, et là... Un mec passe devant moi... En slip... Oui oui en slip ! Je lève un sourcil et referme les yeux, une envie pressante sûrement.

Je teste donc dans mon coin, adosser contre le mur, les bras derrière la tête et mon cerceuil à mes côtés. Je me détend légèrement, depuis que je suis ici je suis crispée à l'idée de faire une crise de folie destructrice et Hadès sait à quel point ça me démange. Et oui, être un démon ex militaire/sanguinaire c'est pas facile tous les jours. On est vite en manque de sang sur nos mains et cette odeur de mort triomphale traînant dans l'air. Mais je dois penser à autre chose pour décompresser un peu. Je commence à somnoler...? Je crois bien que oui. Je me sens légère et mon esprit se vide avant que je ne m'endorme royalement comme une merde. Enfin... Un bon repos. Je crois que je ne suis pas prête de redormire comme ça.

Alors que je dors ENFIN paisiblement, il faut que quelque chose produise un boucan infernal à plusieurs reprises ce qui me fait sursauter en plein sommeil. Je vous raconte pas la peur que ça m'a fichu. Du coup... Je suis très très très remontée. Putain ! Pour une fois que je dors bien, mais vraiment bien il fallait me réveiller hein ?! Je me lève les yeux rouges sangs, emplis de colère et foncé vers le bruit apres avoir remit mon cerceuil sur le dos. J'arrive et suit les marques laissé par le perturbateur de sommeil tranquille et tient... Notre ami en slip ! Je serre le poing et envoie ma queue de demon le prendre par le cou et l'étrangler après l'avoir porté jusqu'en face de moi. Je serre, serre, serre, puis le jette au sol et lui inflige un coup de queue en pleine face.

- Ça t'amuses de réveiller les gens comme ça ?! J'espère que se coup de queue de se poids là t'a remit les idées en place !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Ven 3 Jan - 20:57

Akai Ketsueki
Sexy boys - Élève ♂
avatar
Race : Sorcier

Messages : 55
Rubis : 0
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 21
Localisation : Dans un arbre en train de lire.
Sexy boys - Élève ♂


Toujours avec l'esprit embrumé et dont la vision n'était que rêve le somnambule avait commencé par dévoré ce qu'il y avait dans le frigo, ne faisant aucune différence sur ce qu'il était en train de manger, sa conscience endormie ne prenant pas en compte le fait que les aliments pouvait êtres crue. Ce fut à ce moment que le danger approcha mais là ou sa méfiance naturelle aurait du le faire réagir si il avait été éveillé ce ne fut pas le cas pour cette fois, grande erreur de sa part d’ailleurs. Quoi qu’il en soit le festin qu’il avait débuté fut de courte durée puisque soudain il sembla s’étouffer, du moins c’était ce qu’il voyait dans son rêve, la réalité étant qu’il se faisait littéralement agressés par une demoiselle.

Lorsqu’il fut projeté au sol par contre son rêve changea, alors qu’il était sur un sol noir, des deux côtés se trouvait un nombre incalculable de cadavre et au dessus de lui se trouvait un homme,un homme qu'il connaissait d'ailleurs, ce dernier souriait et levait une énorme masse de combat, prêt à l’abattre sur lui. Le rêveur tenta de bouger mais dans la réalité son corps ne pouvait pas suivre aussi vite qu’il ne l’était habituellement et donc roulant sur le côté il esquiva la plus dangereuse partie l’impact mais pas la totalité, et son épaule gauche fit un bruit qui ne signifiait rien de bon mais il ne s’en préoccupa pas et se releva avant de bondir en arrière, toujours dans son rêve malgré le fait qu’il commençait doucement à se réveiller.

- Ça t'amuses de réveiller les gens comme ça ?! J'espère que se coup de queue de se poids là t'a remit les idées en place !

Il entendit les paroles, mais étant encore a moitié endormie il ne tilta pas. L’aura du sorcier somnanbule se mit soudain à éclater, grandissant à toute vitesse jusqu’à faire trembler la cuisine, puis la cantine, les murs se fissurant et le sol devenant instable sous la pression et alors qu’il allait se jeter sur la personne qu’il croyait être Mars le dieu de la guerre il se réveilla d’un seul coup, ayant senti que son aura s’approchait de la limite de 20% qu’il s’était imposé. Ses yeux ne s’étaient pas ouverts mais son aura avait disparus d’un seul coup, retombant un zéro au point de le faire passer pour un humain. La première phrase que sortie le jeune homme qui venait de se réveiller fut :

- Mais qu’est ce que je fou ici moi ?

En face de lui se trouvait une demoiselle et il semblait être dans la cuisine de la cantine, donc au rez de chaussé, regardant sa montre il vit l’heure et put vite constaté qu’il avait fait une crise de somnambulisme. Soupirant l'être d'ont le sang des sorciers, des samuraï et des généraux romains coulait vit également qu’il était en caleçon et fit un facepalm, c'est clair que c'est pas une tenue très classe même si on a un corps bien sculpté. Il vit soudain les murs fissurer puis sentit une énorme douleur à l’épaule, cette dernière semblait déboité tandis que le sol au niveau de la jeune femme était quasi pulvérisé. Sachant qu’il avait fait une crise de somnambulisme il fit le lien entre son rêve et se qu’il s’était passé, se rappelant des paroles qu’il avait entendu dans ce même rêve.

- Ta rien remis en place, ta juste défoncé mon épaule. On ta jamais dis qu’il fallait pas réveiller un somnambule de manière brutale ? C’est autant dangereux pour moi que pour toi…

Il ne mentait pas dans ses propos et la où beaucoup aurait dit ça sur un ton agacé le sorcier lui avait dit cela sur un ton blasé, comme à son habitude il était neutre et ne dégageait aucune agréssivité, devenant d’un seul coup détaché de la situation. Mettant la housse qui contenait le katana à son épaule il tendit son bras gauche, prit sa main droit pour la fixer sur un endroit précis de son épaule puis força  un coup sec, faisant à nouveau craquer l’épaule d’une manière peu agréable qui lui arracha un grognement de douleur. Bon c’était pas aussi efficace que d’aller à l’hopital mais il pouvait à peu près bouger son bras à présent, l’ayant remis plus ou moins bien en place via son expériences des blessures, il allait surement conservé un énorme bleu.

Reportant son attention sur la personne qui l’avait réveillé, il la détailla rapidement, il ressentait une certaine instabilité en elle mais rien de plus, au vu de son épaule déboité elle devait avoir une force physique non négligeable. Ce qui le surprit fut le fait qu’elle portait un cercueil sur le dos, alors ça c’est pas commun et c’est vraiment étrange. Enfin il préférait ne rien dire, surtout qu’il était en caleçon dans la cuisine et les deux imposantes cicatrices qu’il avait au torse et une plus précisément au niveau du coeurs était visible.  A ce moment précis qui était le plus bizarre des deux ? Ca il n’en savait rien et peu lui importait pour l’instant. L’homme aux yeux constamment fermer s'approcha de la porte de la cuisine pour voir que la serrure était brisé, puis regardant l'état du réfectoire avec l'autre porte détruite il en déduisit rapidement en se souvenant de son rêves que s'était sa faute...enfin sauf le troue dans le sol, si il prenait en compte son rêve, la réalité et les paroles qu'il avait entendu en étant semi-éveillé c'était elle la responsable de l'énorme troue dans le sol de la cuisine, toujours avec son air détaché il se mit à chercher dans les placard pour sortir une boite semblant contenir croissants et pains aux chocolats, prennat l'un d'entre eux il tendit la boite vers la demoiselle pour lui en proposer de manière silencieuse alors qu'il reprenait la parole, toujours neutre et détaché.

- Bon, j'imagine que des présentations doive avoir lieux, je me nomme Akai Ketsueki, simple élèves du pensionnat, somnambule de service, et à présent victime d'une agression en pleine nuit. Pourrais-je savoir ton nom miss l'agresseuse ?

Après cela il se mit rapidement à siffler une courte mélodie, pas mal de secondes passèrent puis Fuki son fidèle pic épeiche débarqua dans la pièce pour venir se poser sur son épaules, ayant vite fait le chemin entre la chambre et la cantine, quoi qu'il en soit le sorcier en caleçon gardait son regard sur la démone, attendant quelques réponses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Dim 5 Jan - 4:18

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀

Alors que mon coup part à toute vitesse, il roule sur le côté esquivant Moon attaque qui aurait pu le tuer sur le champs en lui éclatant la cet elle qui se serait répandue partout par terre. Je grogne, en colère... Je lève ma queue pour lui refoutre un coup en pleine face mais, d'un coup... Il se relève et saute en arrière comme si on etait en situation de combat. Et il a les yeux fermés...? Un somnambule ?! Putain on aura tous vu ! Un somnambule qui défonce des portes pour allé bouffer et se croyant en situation de combat ?! Je me retiens de me moquer de lui... Mais je vous jure ça me démange atrocement. Et puis, d'un coup, le sol, les murs, bref tous ! Oui tous se met à trembler ! Je dévisage Mr Slip, puis écarté un peu mes jambes et croise mes bras pour rester en équilibre, du tout intimidée ou impressionnée. Son aura qui fait ça ? Possible vu qu'elle est presque palpable. Et puis pouf ! Plus rien de nouveau, comme si son aura c'était envolée et l'avait rendu au stade d'humain...

- Mais qu’est ce que je fou ici moi ?
- Comme si je pouvais le savoir... Abruti...


Il me regarde puis remarque sa tenue. Bah ouai gros con, t'es en slip devant une fille, et chez vous les humains... Ben ouai... C'est la honte. Attend...mais si il est en slip... Merde il est torse nu ! Je vire au rouge en gardant une expression impassible. Oui, je ne résiste pas au corps des hommes surtout que c'est la première fois que je vois un torse d'homme et en prime... Il est bien fait le jeune homme. Je détourne donc le regard... C'est stressant comme situation. Maintenant, il regarde autour de lui. Et ouai, murs fissurés et à mes pieds une magnifique impact de se nom. Il en a foutu un sacré bordel à lui tous seul. Bon, j'ai participé un chouilla avec le sol mais bon... C'est de sa faute il avait pas qu'à me réveiller ! Ce genre de personne me font rager mais à un point ! Je rezieute le torse de cet individu et remarque les deux grosses cicatrices dominantes au niveau de son coeur. Une combat qui aurait mal tourné? Ou peut être une cicatrice de guerre ? Dans ce cas là, je pourrais peut être l'apprécier.

- Ta rien remis en place, ta juste défoncé mon épaule. On ta jamais dis qu’il fallait pas réveiller un somnambule de manière brutale ? C’est autant dangereux pour moi que pour toi…
- Quoi ?! Je pouvais me deviné que tu roupillais de dos !


Le pire, c'est qu'il dit ça avec un air "m'en foutiste". Je serre le poing pour pas lui encastré mon poing dans sa gueule d'ange sinon ça serait vite réglé et je finirais dans le bureau du directeur. Enf bref, il range don arme dans sa housse, puis remboite son épaule d'un coup sec avec de beaux craquements. À mon tour de faire une tête blasée en levant un sourcil. C'était quoi se petit grognement de douleur à la con ? Pour juste une épaule déboitée ? Pfff, lorsqu'on m'a amputé les bras je n'ai pas lâché un seul cri de douleur. Je vous jurés, ses humains... Vraiment pitoyables. Je doute qu'il est fait la guerre maintenant, je le doute fort. Si il l'avait faut, il aurait pas poussé ce petit grognement de douleur, il aurait connu pire qu'un déboitage. Comme ses entailles par exemples. Enfin bon, il reste mystérieux. Et j'aime bien ça. Mais le plus étrange... C'est qu'il est les yeux constamment fermés. Pourtant il est éveillé.

Il se déplace normalement, comme si il voyait. Il regarde, enfin, examine les accidents et dégâts qu'il a produit à lui seul, à part le trou dans le sol. C'est étrange tous de même... Une telle puissance en même pas quelques secondes qui disparaît exactement de le même façon que son apparition. Sans doute un mage, je ne vois que ça. Et cette épée qu'il a rangé... Ele etait pas, diront nous... Normale. Quelque chose me dérange dans cette arme. Comme si elle était liée avec l'individu. Par contre la je comprends pas, après tous ce qu'il vient d'avaler il fouille dans les placards ? C'est un estomac sur patte ma parole. J'évite à tous prix de croiser son regard en tout cas. Soyons réalistes. Son... Accoutrement me gène trop pour le regarder en face, surtout qu'il est atrocement mi... Mais qu'est ce que je dis moi ?! Je me gratte derrière la tête en froncant mes sourcils. Je dois vraiment manquer de sommeil pour penser ça. Je dois vraiment manquer de sommeil pour penser ça mais vraiment.

Bref, je le regarde de nouveau après avoir détourné mon regard de lui lorsque que j'ai eu cette, pensée.  Et il me tend une boite contenant des choses... Étranges ? Ça se mange peut être ? Ou ça serais des trucs pour réparer les dégâts ? Je sais pas ce que c'est mais ça dégage une odeur agréable. Je lève un sourcil et prend la chose carrée avec au bout de points marrons,noirs, enfin je ne sais pas trop. Je le regarde dans tous ses angles, le palpe, le gratte... Et quand je le gratte il s'émiette. Je lève un sourcil, si ça s'émiette comme le pain, c'est que ça se mange alors ? J'hésite puis croque dedans, espérant que ça se mange sinon bonjour la honte si c'était pas le cas. Mais, vu le goût et la texture... Cette chose exquise est comestible c'est certain. Je le mange donc petit bout par petit petit bout tellement que c'est bon. Décidément, la nourriture de l'armée et celle là sont totalement différentes! Je ferais goûter ça à Mikono, c'est certain elle va adorer ça dès la première bouchée. Ralala... Mais en faite, qui est cet inconnu ?

- Bon, j'imagine que des présentations doive avoir lieux, je me nomme Akai Ketsueki, simple élèves du pensionnat, somnambule de service, et à présent victime d'une agression en pleine nuit. Pourrais-je savoir ton nom miss l'agresseuse ?
- Sayotomi... Je t'agresse pas mais me venge... Ça fait des lustres que j'ai pas dormir normalement sans faire des visions cauchemardesques et pour la première fois que je dormais paisiblement tu m'as réveillé...


Après sa proposition il siffle... Siffle ?! Pourquoi il siffle comme ça ? Et un bout de temps en plus... Et une bestiole vient se pose sur son épaule. Je la regarde, rougissante... J'aime les animaux, je ne peux pas lutter contre ces petites ou grosses choses qui me font craquer dès le premier regard jeté sur eux. J'ai mortellement envie de l'attraper et de lui faire des gros calînous mais stooop ! Je fois garder mon sérieux. Je le garde d'ailleurs malgré mes rougeurs qui ne partent pas. Mais mon vidage affiche toujours une expression, impassible, neutre. Que voulez vous ? Une démone, qui a les mains tachées de sang, qui a l'âme souillée à jamais dont les cris d'innocent ne l'ont fait que rire aux éclats, pourrait t'elle ressentir, du moins exprimer en publics ses sentiments ? Juste improbable ou avec un pour cent de chance de possibilité mais j'y crois franchement pas du tous. Seul les animaux peuvent juste me faire rougit sinon niet, pas une misérable présence visible d'émotion sur mon visage.

Attendez, il a bien dit Miss Agresseuse...? Il peut parler Mr Slip hein ! D'ailleurs, je vais pas le laisser comme ça. Une chance que je porte sur moi ma veste de militaire. Qui est bien trop grande pour moi. J'étais la plus petite la bas alors l'uniforme etait trop grand. Une chance que la veste m'aille bien malgré sa grande taille. Je la retire et la jette sur ce fameux Akai. Hors de question de parlé avec un mec à poil. C'est pas tolérable pour moi. Je me retrouve donc en top bretelle noire avec un baggy blanc, d'un côté c'est mon pyjama. Oui, je sais, c'est habillé pour uk pyjama, mais au moins, je me retrouve pas en nuisette dans une situation comme celle ci. Et Akai en est la preuve la vivante juste sous vos yeux. Puis c'est confortable. Je pose mon cerceuil qui ce fait lourd à coter de moi. Je continue de manger la chose exquise que m'a proposé Akai, il a de la chance... Je suis légèrement calmée grâce à cette chose croustillante, mais moelleuse à l'intérieur avec deux trucs croquants au centre. Quel est cette chose ?

Ketsueki c'est cela ? Habilles toi avec ma veste c'est ta taille je pense, sinon... Peux tu me dire ce que c'est cette chose que tu m'as offerte ? C'est très bon. Et puis l'animal sur ton épaule... C'est quoi ? C'est mignon...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Dim 5 Jan - 15:29

Akai Ketsueki
Sexy boys - Élève ♂
avatar
Race : Sorcier

Messages : 55
Rubis : 0
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 21
Localisation : Dans un arbre en train de lire.
Sexy boys - Élève ♂


Abruti? C'était les mots que la demoiselle avait prononcé tout bas lors de son réveil, franchement c'est pas la meilleure chose à dire lorsqu'on vient d'essayer de tuer quelqu'un mais soit. Après avoir poser es question et avoir fait un rapide tours d'évaluation des dégâts il avait décidé d'attendre sa réponse en mangeant son croissant. Il n'avait vu que la demoiselle avait virer aux rouges, étant incapable de voir les couleurs, sa vision ne se résumant qu'à la distinction des formes ainsi que des couleurs blanche et noire. En tout cas il l'écouta réagir à ce qu'il lui avait dit, elle n'avait pas put voir car il était de dos. La réponse ne lui plaisait pas vraiment, car en disant cela Akai comprenait que si il avait été somnambule ou éveillé ça n'aurait rien changé, elle aurait attaqué dans les deux cas.

Si pendant quelques instants il avait été gêne de se retrouver en caleçon il avait vite repris son calme, son côté "jm'en foutiste" reprenant doucement le dessus sur chacune de ses actions et sur sa vision de choses. Alors qu'il avait remboité son épaule il s'était rendu compte que la douleur était plus vive que d'habitude…avait-il perdu l'habitude de la supporter après un an sans se battre? Peut être mais il s'en moquait, lâcher ou non un grognement ne le dérangeait pas, la douleur lui permettait de se sentir vivant.Quoi qu'il en soit c'est vrai qu'il n'avait pas été blessé depuis plus d'un an, ses limitations limitait sa résistance et donc sa façon de supporter la douleur. Mais bon quoi qu'il en soit la personne finissait finalement par se présenter.

- Sayotomi... Je t'agresse pas mais me venge... Ça fait des lustres que j'ai pas dormi normalement sans faire des visions cauchemardesques et pour la première fois que je dormais paisiblement tu m'as réveillé...

- Mouais…une attaque violente avec coup volontaire reste une agression, peut importe la façon d'ont on voit les choses. Je suis certes responsable de ton réveil…mais pas de tes cauchemars, ça valait vraiment le coup d'essayer de me tuer?

La première phrase était dite d manière blasé, la seconde était dite avec calme, car c'était vrai la seule chose d'ont il était responsable était le réveil. Il avait ressentit une certaine instabilité chez elle mais cela se confirmait doucement avec ce qu'elle avait dit. Il pouvait comprendre cela, ses années de guerres l'avait marqués mais étant capable de voir ce qu'avait vu ses ancêtres il avait vu égarements leurs guerres à eux, il avait vu 50 génération de guerres et ses cauchemars s'était dissipé qu'avec une seule méthode…la méditation et la limite de sa propre force. Soudain la dénommée Sayotomi enleva sa veste militaire et lui jeta dessus, par réflexe le sorcier l'attrapa tranquillement.

- Ketsueki c'est cela ? Habilles toi avec ma veste c'est ta taille je pense, sinon... Peux tu me dire ce que c'est cette chose que tu m'as offerte ? C'est très bon. Et puis l'animal sur ton épaule... C'est quoi ? C'est mignon…

D'abord surpris le seigneur de guerre haussa un sourcil, en premier lieu car elle utilisait son nom d famille pour lui parler, ce qui était particulièrement impolie et en second le fait qu'elle lui donnait sa veste pour se couvrir. Il n'avait nullement froid et n'était nullement gêné de la situation actuelle malgré sa tenue…mais ce n'était peut être pas le cas de la demoiselle alors par pure respect et après avoir analysé la veste il la mit. Le dernier point qui l'avait surpris était le fait qu'elle lui demande ce qu'elle était en train de mangé, elle ne connaissait pas les pains au chocolat?! Le sorcier afficha pendant un bref instant un air WTF avant de regarder son oiseau qui tirait la même tronche que lui. Fuki était un pic épeiche, une espèce proche du pic vert, assez petit et dont les couleurs noirs et blanche forme la majorité de son plumage au niveau de sa tête ainsi que sur le reste de son corps. Les plumes tirant vers le rouge non loin de ses pattes et également sur sa nuque. Reportant son attention sur Sayotomi, il pointa son oiseau du doigt.

-Lui c'est Fuki, un pic épeiche que j'ai recueilli il y a un an, je l'ai soigné alors qu'il était blessé et depuis il me suis partout. Quand à ce que tu es en train de mangé c'est un pain au chocolat, une viennoiserie humaine, c'est assez surprenant que tu ne sache pas ce que sais.

Après avoir dit cela le garçon jeta un bref regard à son compère volatile qui vint piquer un morceaux de son croissant par surprise avant de se poser sur la table pour aller s'approcher de Sayotomi bien qu'il restait extrêmement méfiant, méfiance et instinct animal oblige. S'adossant à la même table le maitre épéiste finit sa pâtisserie à toute vitesse avant de reporter à nouveau son attention sur la démone, réfléchissant sur l'instabilité qu'il avait senti et également sur les paroles qu'elle avait prononcé, elle lui rappelait lui durant son année de vagabondage juste après avoir fini de faire la guerre…cela le fit sourire d'une manière amusé.

- Tu semble vraiment instable Sayotomi,pour une raison que j'ignore complètement. Mais tu me rappelle moi il y a quelques temps, incapable de dormir sans avoir de cauchemars, incapable de rester calme et incapable de de ne pas frapper sur la première personne qui m'emmerde un tant sois peu.

Il avait dit cela sur un ton léger et neutre, difficile à croire que lui un être dont calme et sérénité étaient les deux mots qui le représentait le plus au pensionnat puisse avoir été un jour aussi instable et dangereux que la jeune femme. Fuki remonta sur son épaule et le sorcier quitta la cuisine pour inspecter la cantine, couverte de fissure sur les murs elles aussi. Le garçon poussa un soupir avant de faire craquer sa nuque, un air extrêmement blasé au visage.

- Bon je suppose qu'il va falloir réparer tout ça, quel galère…j'ai franchement la flemme. Bon on répare ou on se casse tout de suite?

Oui il posait la question comme ça, c'était sa façon d'être, et le boucan qu'ils avaient fait allait peut être attirer du monde et il voulait éviter de tomber sur des surveillants voyez vous. Le mieux c'était qu'il disait cela comme si ils étaient tous les deux fautifs, ce qui était le cas aux yeux du sorcier vu qu'elle avait participé en partie à la pagaille causé dans la cantine, elle était donc complice! Akai Logic's! Même si il restait détaché extérieurement depuis son réveil une chose le tracassait, durant sa crise de somnambulisme il avait relâché son aura et même si il s'était arrêté à un peu moins de 20% ça ne lui plaisait pas. Car au pensionnat il était considéré comme un sorcier de très basse catégorie…à peine plus puissant qu'un humain et il aurait bien aimé conserver cette réputation, la jeune femme ne semblait pas être du genre à crier ce genre de choses sur les toits mais il restait méfiant et s'insultait intérieurement d'idiot pour avoir relâché ainsi son aura, foutu somnanbulie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Dim 5 Jan - 22:27

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀

Alors que je grignote par petits bouts la "chose", je regarde Akai et sa bestiole. D'ailleurs, il lève un sourcil, instinctivement je fais pareil puis regarde derrière moi. Bon, déjà, c'est moi qu'il regarde de cette façon. Après tous il peut me regarder comme il le souhait ça m'est égale, je m'en contre fou comme dirait les élèves ici. Enfin bref, il osculte ma veste avant de la mettre, tous en restant neutre. Même si sa dernière phrase etait plutôt dite de façon posée et calme. Pour ensuite tiré une tête qui me fait écarquiller les yeux. Sûrement à cause de ma question pour la chose comestible. D'un côté... À l'armée, c'était inbouffable et il y a 1000ans, cette sorte de nourriture n'existait pas, de plus notre peuple n'avait plus grand chose en vivre, même ma famille, famille royale, nous avions du nous nourrir comme les paysans. Je n'ai jamais rien manger d'aussi bon. À si... Quand Mikono avait préparé un gâteau au yaourt. Alors ça, c'est la chose la meilleure au monde, que je n'ai jamais mangé de toute ma vie ! Que Hadès épargne le goût somptueux de la pâtisserie de Mikono. Au moins, quand elle de réveillera, elle m'en fera un à coeur joie et je me régalerais comme à cette époque, époque de guerre. Voilà, je fais mes cauchemars QUE sur les mauvais souvenirs de la guerre... C'est chiant à force.

Enfin bref. Je regarde la petite bestiole, un oiseau... Un petit oiseau, de toute beauté avec des couleurs que je trouve belle, noir, blanc. Simple et ténébreux à souhait grâce au blanc qui est présent. Comme quoi les ténèbres surpassent parfois la lumière. Chose qui m'amuse car dans tous les contes, le ténèbres sont perdants, et méprisés de tous. Oui, tous êtres démoniaques ne sont pas... Sans pitié et sans coeur. Même dernière notre neutralité et notre jalousie envers les humains... Ces deux défauts prouvent sur nous somme humain, qu'on ressent des émotions, et qu'on a donc un coeur. Que, parfois, derrière notre masque inbrisable et inviolable, se cache une âme sensible, torturée par ses actes du passé. Oh ? Voilà que je me met a parlé comme elle, Mikono. Toujours à dire que même les criminels ont bon fond. Je vous jure, une véritable une andouille fusionnée avec un grand coeur. Je reprend donc, mes esprits lorsque que Akai pointe du doigt l'animal. Comme pour me demander du style "c'est lui dont tu parles ?". Non sérieusement à part cet adorable petit être, qui est perche sur une épaule ? Hum... Personne je crois ? Je retiens un soupire et me contente de resté impassible en haussant un sourcil. Oui c'est bien de lui que je te parle abruti !

- Lui c'est Fuki, un pic épeiche que j'ai recueilli il y a un an, je l'ai soigné alors qu'il était blessé et depuis il me suis partout. Quand à ce que tu es en train de mangé c'est un pain au chocolat, une viennoiserie humaine, c'est assez surprenant que tu ne sache pas ce que sais.
- Et bien il me plait bien Fuki, il est vraiment très beau. Pour la, viennoise-rie ? Ben, tu sais, dans mon passé j'avais pas le temps pour ses choses la et pas les conditions de vie non plus.


Je déguste vraiment avec lenteur mon "pain au chocolat" lorsque que le petit Fuki s'approche de moi après avoir piqué un bout de croissant à Akai. Je cligne des yeux et rougis en regardant ce petit être fabuleux et splendide. Je detache un bout de ma viennoiserie et en pose un peu sur la table proche de l'animal en esquissant un sourire discret. J'ai de la chance, je porte mon masque noir, un peu comme les ninjas, un masque qui cache seulement la bouche. Faut bien parfois cacher nos petits secrets, et ma bouche cousue en fait partie. Je tente de caresser l'animal après ça, mais ne le fait pas tous compte fait. Les animaux sont des êtres méfiants et intelligents, il ne faut pas les sous estimé. C'est comme les chien à l'armée, c'etaient de véritables, armes, comme dirait le colonel. Pourtant je considéré les animaux pour un cadeau suprême de la nature. Certaine personne trouvent ça stupide et ringard, mais je m'en fiche. Moi, j'aime, j'adore les animaux, point. Je regarde donc les réactions de l'animal en remuant ma queue de contentement. Ça me calme, mais je suis toujours stressée, fatiguée et énervée de ma fatigue continuelle et mon passé qui me hante.  J'aurais aimé, être un oiseau... Volé sans craindre le lendemain en troupe, jamais seule...

- Tu semble vraiment instable Sayotomi,pour une raison que j'ignore complètement. Mais tu me rappelle moi il y a quelques temps, incapable de dormir sans avoir de cauchemars, incapable de rester calme et incapable de de ne pas frapper sur la première personne qui m'emmerde un tant sois peu.

Je le fixe un moment, les yeux grands ouverts. Il a senti... Que j'étais instable? D'un côté vu mon comportement ont peut que voir ça. Il est est vraie, je suis constamznt dur les nerfs, un peu plus chaque jours. Ça ne me dise rien qui vaille. Souvent ce symptôme signifie une prévoyance pour une folie destructrice proche de ma nature démoniaque. Ces crises la sont tromatisante et extremements dangereuses. Une être vivant passant par là est sur de mourir entre mes mains dans d'atrices souffrances. De plus, je be contrôle pas du tous ses crises, a peut être n'importe quand n'importe où. Heureusement, se sont des crises rares, mais destructrices à ne surtout pas prendre à la légère ça pourrait être fatal. Je ne comprends pas bien ses crises. C'est comme si... Je n'étais plus moi même, c'est assez frustrant quand ça m'arrive. En guerre, on me stressait et le mettait le plus de pression possible pour un maximum de folie destructrice. Et oui, c'est ça une arme humaine. On la pousse à bout sans se soucié des conséquences parfois catastrophiques. Mais je ne le nie pas, même si je me répète. J'ai, un sentiment de satisfaction à chaque personne sui petit sous ma main... Je suis un véritable monstre. Un monstre qui pourtant ressent du remord. Un jour... Peut être, arriverais je à  me faire pardonner ?

- Je... Sûrement. Mon passé et mes crimes ne me laisse pas en paix... C'est devenu mission impossible de passer une nuit... Dirons nous normale ou un minimum paisible.

Il se relève et va inspecter les lieux. Je le suis discrètement pour ne pas le déranger et Fuki retourne sur son épaule, je n'ai pas fais attention si il a mangé ou non ce que je lui es offert et quand Akai avait fini sa viennoiserie. C'est à chaque fois la même quand je plonge dans mes pensées je ne fais plus attention à tous ce qui m'entoure que voulez vous. Je suis comme ça il va falloir si habituer malheureusement. Je regarde donc aussi les dégâts, il va en bavé à réparer tous ça. J'aimerais pas être à sa place personellement. D'ailleurs, si a besoin d'aide, pourquoi ne pas l'aider à l'occasion. Je dois faire comme Ino, et m'integré comme je peux ça serait plus facile pour moi, et qui sait, peut être moins stressant ? On vera bien de toute façon j'ai tous mon temps. Akai, est quelqu'un de... De spécial, comme si il avait vécu les mêmes choses que moi. D'ailleurs, la façon dont il a prononcé sa dernière phrase n'est pas très crédible. Comment peut il être aussi calme et blasé de la vie avec la description de son ancien lui qu'il vient de démontrer ?! Oui, c'est vraiment quelqu'un de sozciak, mais aussi étrange. Il a constament les yeux fermés mais marche comme si il voyait. C'est flippant ça. Enfin bon, on a un autre problème, et c'est l'état de la cantine. Je me demande si il a une idée en tête.

- Bon je suppose qu'il va falloir réparer tout ça, quel galère…j'ai franchement la flemme. Bon on répare ou on se casse tout de suite?
- A moins que tu ne veuillez des ennuis avec le directeur de l'établissement c'est toi qui voit. Mais sinon je vais bien t'aidé à réparer tous ce foutoir que tu nous as foutu à toi tous seul. C'est très impressionant en tous cas. Je suis bluffée. D'ailleurs tu as l'air d'essayé de le cacher. Si tu veux, je peux dire que c'est moi qui est causé le tremblement. A dernière question. Tu veux que je t'appelle par ton prénom ou nom ? Car chez les répond c'est par le nom par politesse... Mais ici beaucoup de chose ne fonctionne pas pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Mar 7 Jan - 22:42

Akai Ketsueki
Sexy boys - Élève ♂
avatar
Race : Sorcier

Messages : 55
Rubis : 0
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 21
Localisation : Dans un arbre en train de lire.
Sexy boys - Élève ♂


Il ne savait que penser d'elle, il n'arrivait pas à porter un jugement précis et au fond de lui ça le dérangeait. Car d'un côté et comme il l'avait dit il ressentait une certaines instabilité chez elle, quelque chose qui la rendait dangereuse. Mais qu'est ce qui causait cette instabilité? Plusieurs réponses était possible mais il n'avait pas assez d'éléments pour être certains de la cause. D'un autre côté il la trouvait un peu plus...humaine depuis l'arrivé de Fuki, son oiseau qui avait en quelques sortes détendu l'atmosphère entre la femme au cercueil et l'homme en caleçon qui avait été presque sur le point de s'entretuer peu de temps auparavant. Quoi qu'il en soit et même si il ne le montrait pas un seul instant avec sa tête de type blasé il n'arrêtait de réfléchir, cherchant une solution au question qu'il se posait sur la démone.

- Et bien il me plait bien Fuki, il est vraiment très beau. Pour la, viennoise-rie ? Ben, tu sais, dans mon passé j'avais pas le temps pour ses choses la et pas les conditions de vie non plus.

Ne répondant rien à cela le sorcier nota quelques chose dans son esprit. Il était certes possible qu’elle n’était pas gouté dans son passé mais elle devait surement en avoir entendu parler non ? A moins qu’elle n’est voyagé dans le temps ? Mais la réponse la plus probable était surement la probalité d’un âge très avancé remontant bien avant la création de la nourriture qu’était en train de manger la démone. D’ailleurs quel soit une démone était clairement visible ce qui renforçait l’hypothèse qu’elle est un certains âge, ce n’était pas le genre de question qu’il posait, il avait un minimum de bonne manière et ce n’était pas le genre de question qu’on posait à une demoiselle après tout.

En y repensant les démons, les anges, les vampires…et tant d’autres êtres de ce mondes était immortel. Lui ne l’était pas et il s’en satisfaisait, ça lui apprenait à chérir sa vie et à voir les choses sous un autre angle. Le jeune homme fut amusé de voir Sayotomi donné un morceau de son pain à chocolat à Fuki, ce dernier se jeta dessus avant de sautiller en arrière, tel un chasseur qui attrape sa proie et qui a ensuite peur qu’on lui la vole. Fuki était ce qui représentait le mieux Akai, un être faible qui avait la liberté d’aller où il voulait. Auparavant il avait été un lionceaux, puis un lion et il avait décidé lui même de se retirer croc et griffe pour se forger un autre idéale que la puissance, l’idéale de la liberté ! Quoi qu’il en soit il voyait Sayotomi réagir à ce qu’il avait dit…

- Je... Sûrement. Mon passé et mes crimes ne me laisse pas en paix... C'est devenu mission impossible de passer une nuit... Dirons nous normale ou un minimum paisible.

- Des crimes hein ? Est-ce le visage de tes victimes qui te hantent ? Quoi qu’il en soit je ne peux te conseiller que deux choses qui peuvent peut être diminuer tes cauchemars voir peut être les stopper.La première est de te trouver une passion pour penser à autre chose, la seconde est de méditer, méditer peut sembler ridicule mais cela t’apprend à devenir calme, à te canaliser, à réfléchir sur ta façon de voir le monde et faire évoluer cette vision tout en développant avec le temps une certaine sérénité. Et si jamais cela ne marche pas…alors le problème vient peut être d’une trop grosse source de puissance en toi, la puissance à trop forte dose est dangereuse pour le mental. Dans ce cas il faudrait la limité. Je ne te garantie pas une totale réussite mais...disons que les deux premières méthode ont marché pour moi quand à l'autre, j'en ai vu les effets positifs sur un ami.

Si d'habitude il ne se souciait pas du problème des autres il avait compris que la démone pouvait très bien devenir dangereux au seins même du pensionnat alors il ne perdait rien à lui donner des conseils qui l'aiderait peut être un tout petit peu qui sait. Il avait parlé avec sérieux et calme puis avait vite repris son air détaché habituel, ayant un peu menti à la fin en disant que c'était sur un ami qu'on avait limité sa puissance, histoire d'éviter une autre bétise que le relâchement de l'aura tout à l'heure. Sa puissance le transformait dans sa façon de voir les choses, il adoptait le caractère d'un roi, il devenait possessif, arrogant, arrogant et pourtant doté d'un charisme qui lui permettait de diriger des armées entières. Il ne possédait pas une soif de sang...mais une soif de défie, une ivresse qui lui donnait satisfaction que lorsqu'il se surpassait.

- A moins que tu ne veuillez des ennuis avec le directeur de l'établissement c'est toi qui voit. Mais sinon je vais bien t'aidé à réparer tous ce foutoir que tu nous as foutu à toi tous seul. C'est très impressionant en tous cas. Je suis bluffée. D'ailleurs tu as l'air d'essayé de le cacher. Si tu veux, je peux dire que c'est moi qui est causé le tremblement. A dernière question. Tu veux que je t'appelle par ton prénom ou nom ? Car chez les répond c'est par le nom par politesse... Mais ici beaucoup de chose ne fonctionne pas pareil.

- Akai suffira, et je ne vois rien d'impressionnant en voyant cela, je ne vois que mon incapacité à contenir mon aura. Mais j'avoue que ça m'arrangerait que tu garde ça pour toi et que tu dise que tu es la responsable du tremblement, en tout cas merci de proposer ton aide.Mais d'un côté si on répare tout comme il faut et qu'on s'en va y'aura rien besoin d'expliquer au directeur...bon par contre gros problème je n'y connait rien en bricolage...pour les murs j'ai trois solution, soit en trouve les mêmes matériaux pour réparer les murs puis on repeint. Soit on bouche les fissure avec de la magie solide comme du bois, de l'acier ou autre chose qu'on puisse créer puis on met de la peinture soit...on met suffisamment de peinture pour camoufler les dégâts, on verra pour les portes après pour le moment il nous faut au minimum de la peinture.

En disant cela il se dirigea vers la sortie de la cuisine pour aller vers les réserves de l'établissement, là ou on peut trouver un peu tout et n'importe quoi. Avançant il se dirigea vers l'une des réserves de l'établissement, regardant rapidement derrière lui pour voir si la démone le suivait ou non,surement vu qu'ils allaient collaborer pour réparer. Arrivant finalement devant le lieux voulu il constata rapidement que la porte était fermés et il voulait évité dans casser une autre alors il porta son doit et ses lèvres et mordit un coup sec pour le faire saigner. Le sang liquide se mit à léviter et se faufila dans la serrure, prenant la forme de cette dernière avant de devenir solide, faisant une parfaite clés que Akai usa pour ouvrir, oui il ne cachait pas son pouvoirs basique, la demoiselle ayant déjà sentit son aura il ne se gênait plus. La clé redevint liquide et retourna dans le corps du sorcier qui stoppa le saignement grâce à sa magie.

Entrant dans l'endroit il constata que c'était un sacré bordel, mais bon y'avait du matos un peu partout donc c'était bon signe, des pots de peinture à gauche et quelques matériaux que le sorcier ne connaissait pas, bref il s'en moquait ils allaient par réparer mais rafistoler à leurs façon...c'est à dire comme des amateurs! Le garçon jeta un rapide coup d'oeil à sa montre...il était  3 heures du matin. Certains élèves étant du genre très matinal ils avaient environ 3 h pour rafistoler tout ça sans faire trop de bruit, le maitre épéiste se tourna vers la démone.

- Bon on a environ trois heures pour réparer tout ça...ou du moins rafistoler comme on peut car on pas vraiment le matos optimal et de mon côté mes compétences en réparation sont très mauvaises...Mais bon on va faire avec, pour le moment on ramène tout ce qui peut être utile à la cantine puis on s'y met.

Il ne disait pas cela sur le ton de l'ordre mais toujours avec sa voix blasé, récupérant sceaux peintures et rouleaux le dieu prit également un sac de ciment. Oui du  ciment pour boucher les fissures des murs intérieurs parfaitement! Quand je vous disait qu'il n'y connaissait que dalle cet abruti d'écrivain! En tout cas il s'était bien chargé,ses deux bras complètement prit, il attendait à présent Sayotomi pour ensuite retourner vers la cantine.


Dernière édition par Akai Ketsueki le Ven 10 Jan - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Ven 10 Jan - 1:14

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀

- Des crimes hein ? Est-ce le visage de tes victimes qui te hantent ? Quoi qu’il en soit je ne peux te conseiller que deux choses qui peuvent peut être diminuer tes cauchemars voir peut être les stopper.La première est de te trouver une passion pour penser à autre chose, la seconde est de méditer, méditer peut sembler ridicule mais cela t’apprend à devenir calme, à te canaliser, à réfléchir sur ta façon de voir le monde et faire évoluer cette vision tout en développant avec le temps une certaine sérénité. Et si jamais cela ne marche pas…alors le problème vient peut être d’une trop grosse source de puissance en toi, la puissance à trop forte dose est dangereuse pour le mental. Dans ce cas il faudrait la limité. Je ne te garantie pas une totale réussite mais...disons que les deux premières méthode ont marché pour moi quand à l'autre, j'en ai vu les effets positifs sur un ami.


Je ne répond pas... Me trouver une passion ou méditer ? Le choix n'est pas simple, si je prend une passion c'est prendre des vies dans un bain de sang, et je peux pas méditer avec le monstre qui m'habite. Je pense que le problème de puissance est le bon. C'est vraie, mentalement c'est très dur. On a toujours peur de ne pas savoir le gérer et de détruire tous ce qui nous entoure. Akai a de bonnes idées, mais sûrement inutiles dans mon cas. Mais c'est sympa d'essayer de m'aider. Mais je le remercierai pas, et je ne sais pas pourquoi. Peut être trop de fierté par rapport à ma race en comparant ka sienne ? De la jalousie pour sa sérénité? Je n'en sais rien. Et après tous je m'en fou. Je suis par contre étonnée de la façon dont il a prononcé sa phrase... D'une voix très calme et sérieux. Comme si... Il avait peur, que ma colère explose sans dire gare ! Ce qui est considérablement possible car moi mrme je ne gère pas mes transformations et mes folies destructrices. Ça part d'un coup... Et c'est extrêmement dangereux. Mais la question qui me turlupine c'est... A t'il peur pour lui ou pour les autres...? Pour lui surement, quel intérêt d'avoir peur pour les autres ? Aucun, à part foutre notre vie en l'air en les protegeants, , c'est tous ce que ça fait malheureusement.

- Akai suffira, et je ne vois rien d'impressionnant en voyant cela, je ne vois que mon incapacité à contenir mon aura. Mais j'avoue que ça m'arrangerait que tu garde ça pour toi et que tu dise que tu es la responsable du tremblement, en tout cas merci de proposer ton aide.Mais d'un côté si on répare tout comme il faut et qu'on s'en va y'aura rien besoin d'expliquer au directeur...bon par contre gros problème je n'y connait rien en bricolage...pour les murs j'ai trois solution, soit en trouve les mêmes matériaux pour réparer les murs puis on repeint. Soit on bouche les fissure avec de la magie solide comme du bois, de l'acier ou autre chose qu'on puisse créer puis on met de la peinture soit...on met suffisamment de peinture pour camoufler les dégâts, on verra pour les portes après pour le moment il nous faut au minimum de la peinture.
- C'est d'accord je t'appelle Akai dorénavant. Et sinon y'a aucun problème, je prend la responsabilité des secousses. Bon... On va voir avec ce qu'on a pour les réparations. Pour le bricolage je pense pouvoir m'en sortir, mais trouvons déjà les matériaux sinon on y arrivera pas.


Il sort de la cantine pour aller je ne sais où, bien sur, je le suis sans hésité. Et là, on est devant une porte fermée. Je sourcille puis hausse les epaules pour me retournet et faire demi tour lordque que akai se fait saigner le doigt. Son sang se faufile dans la serure et ouvre la porte ! Je reste scotchée car en plus après il stoppe le saignement. C'est impressionant ! moi qui venait de penser que c'etait l'infériorité qui me l'empêchais de le remercier ce n'est pas ça ! Au contraire, Akai doit être quelqu'un de très fort sans l'ombre d'un doute. Son niveau de Magie doit être très élevé, pour le contrôler avec autant de facilité ! Un combat amical contre lui serait fort intéressant. Mais là, on a d'autres choses a faire. Je me Je de bien comment il se de rouille en combat. En tous cas, au corps à corps j'ai bien peur d'avoir des difficultés d'avoir inter lui, son arme à l'air de haute qualité, je doute que ma glace de base puisse briser une telle arme. Mais c'est ça le challenge non ? Il dos à moi, et je lache un sourire sadique lorsque mes yeux virent aux rouges. Je secoue vite ma tête et reprend de suite mon calme. Vraiment pas le moment, ni l'heure et encore moins le lieux !

On se retrouve dans une sorte de four tous. Et c'est bien le cas... Des cahiers, des poutres, des sacs de béton, des bequilles béquilles des jalons... Bref, tous un bordel et diversité de trucs iimaginable ! Je regarde un peu partout lorsque une araignée vient se pose devant moi suspendu à sa toile. Akai étant de dos, je retiens un cri de terreur mais ma tête devient toute palette est horrifiée. Je la glace direct et l'écrase au sol comme une dingue en tapant un bon coup au sol. Aussitot je prend un truc lourd et le pose au sol, comme si c'était ça qui était tombé. J'aime pas les lieux comme celui là, plein de poussière et sales bestioles qui y traînent. Rien que d'y penser j'en frissone... Non sérieusement, j'ai beau être une démone, je n'aime pas les lieux sombre, je préfère de loin les beaux paysage, bien colorés et éclairés. Les paysages et vies sombres me rappellent trop, mon cachot, là où les parents me frappait, une chambre composé d'un matelat taché de sang comme la cellule, sans fenêtre et situé au sous sol... De plus c'était mon sang... Oui, des coups, des entailles, des étranglements, j'ai été torturée par ma propre famille, lorsqu'on me sortait tous se moquaient et me rejetaient. Bien sombre fut mon enfance. C'est pour cela que je n'aime pas se genre de paysage... Et je ne les aimerais jamais.

- Bon on a environ trois heures pour réparer tout ça...ou du moins rafistoler comme on peut car on pas vraiment le matos optimal et de mon côté mes compétences en réparation sont très mauvaises...Mais bon on va faire avec, pour le moment on ramène tout ce qui peut être utile à la cantine puis on s'y met.
- Ça marche, on a pas intérêt à perdre du temps vu les travaux qu'on a faire. Je prend le matériel qui me juge utile pour ma part et filond aux réparations !


Aussitôt, je remarque que Akai à déjà son matériel. Je fouille et prend tous pleins d'objets ! Perceuse, clous, peinture, planches, métaux, béton... Bref, tous ce qui me juge pratique mais surtout un escabeau que je tiens fermement avec ma queue. Je rejoins Akai et nous marchons sur nos pas pour retourner au lieu du massacre. Aussitot je pose l'escabeau et commence les travaux, je prends de planches que je coupe avec une lame de glace que je viens d'invoquer et commence à boucher la fissure, enfin... Une des nombreuses fissures. Marteau à la main et clou dans la bouche, je perfore des trous dans les planches avec ma main libre puis la fixe à l'aide des clous et le marteau. Ouaip, on dirais pas comme ça, mais j'ai pas deux mains gauches. Pendant que je m'occupe de la fissure, ma queue va réparer les poutres avec les métaux que j'ai pris pour ensuite prendre un chalumeau et faire findre les bords des métaux pour bien maintenir la poutre renforcée dorénavant. Je souffle un coup et m'essuid légèrement le front puis jette un coup d'oeil à Akai. regarde comme une femme peut très bien bricoler, comme un bonhomme ! Je ne me pensais pas si douée d'ailleurs...

- Ça va pour toi ? Tu t'en sors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Ven 10 Jan - 21:32

Akai Ketsueki
Sexy boys - Élève ♂
avatar
Race : Sorcier

Messages : 55
Rubis : 0
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 21
Localisation : Dans un arbre en train de lire.
Sexy boys - Élève ♂


Après avoir donné de rapide conseil il n'avait pas eut de réponse, qu'il en soit ainsi, il ne la forçait pas du tout à les appliquer après tout. Ce n'était que des conseils et non des ordres, qui sait un jour peut être que grâce à cela elle éviterait une crise suite à son instabilité grandissante et éviterait ainsi de tuer un innocent, innocent qui serait peut être n'importe qui, un simple inconnus comme un ami plus ou moins proche du sorcier. Prudence et méfiance était des maitres mots lorsqu'il la voyait et même si il n'avait pas peur actuellement il sentait clairement que si jamais il la croisait lorsque son instabilité se déchaînerait...il connaitrait une nouvelle peur. Il tremblerait, comme il avait tremblé face à des armées le chargeant, face à des ennemis redoutable, face aux cadavres de ses frères de coeur...et également lorsqu'il avait fait face à un dieu...Oui si ce jour arrivait il tremblerait et ressentirait de la peur, car il ne rejetait pas cette dernières, il l'acceptait et s'en faisait une alliée pour se transcender et devenir encore plus fort, telle était sa vision de la terreur!

- C'est d'accord je t'appelle Akai dorénavant. Et sinon y'a aucun problème, je prend la responsabilité des secousses. Bon... On va voir avec ce qu'on a pour les réparations. Pour le bricolage je pense pouvoir m'en sortir, mais trouvons déjà les matériaux sinon on y arrivera pas.

- Merci de prendre la responsabilité pour ça, je te revaudrais ça un de ces jours, si ta besoin d'aide pour quoi que se soit tu peux me demander et je rembourserais ma dette.


Il avait pas dis ça de manière blasé, tout simplement car son honneur était concerné, elle lui rendait un sacré service en faisant cela, lui permettant de conserver sa réputation de simple sorcier. De ce fait il considérait qu'il avait une dette envers elle, une dette et une seule qu'il remboursait dès que possible quel qu'elle soit, ou presque...il ferait quand même en sorte de continuer de cacher au maximum sa vraie nature et son talent pour le combat, quoi que... Bref il rembourserait sa dette coute que coute, après tout ne pas rembourser une dette est extrêmement déshonorant pour l'épéiste qu'il est alors il ferait en sorte de le faire le plus rapidement possible. Fuki lui était tout joyeux bien qu'un peu curieux quand au fait que son maitre soit éveillé à une heure si tardive. Malheureusement l'oiseau aussi prudent que son maitre adoptait leur formation habituel en face d'étranger, la vision de Akai couvrait tout ce qu'il y avait devant et Fuki sur son épaule gardait un oeil à ce qu'il se passait derrière, couvrant les angles morts du seigneur de guerre.

Si il n'avait rien vue, les yeux de Fuki eux avaient vue le changement de couleur au niveau des yeux de Sayotomi sans oublier l'incroyable instinct des animaux qui fit piailler le pic épeiche et le fit trembler. Reconnaissant l'intensité du son du petit cri le bretteur comprit le message qui était "danger", pourtant il n'avait ressentit aucun mouvement agressif de la part de la démone alors il se contenta de poser une main apaisante sur son oiseau pour le calmer avant de lui siffler une courte mélodie, l'oiseau quitta son épaule et s'envola pour quitter les lieux, se retournant vers la démone l'air d'Akai avait changé, il avait un air accusateur...

- L'instinct animal est largement meilleurs que le notre, ils captent le danger bien mieux que nous. Alors évite de l'effrayer de nouveau à l'avenir...

Laissant ses paroles planer quelques secondes, il avait été tous gentil tout calme jusque là mais si Fuki commençait à capter le danger alors le sorcier allait être bien plus méfiant,il avait été tranquille, calme et pacifique jusque là mais il était quand même temps de faire comprendre à la jeune demoiselle qu'il n'était pas tout gentil, et apeurés son ami volatile ne pouvait pas le mettre de bonne humeur. Bref les deux élèves retournèrent à la cantine pour se mettre au boulot.

Alors que la démone allait commencer à oeuvrer dans son coins le sorcier se plongea dans une sorte de transe pendant quelques secondes, se liant aux souvenirs de ses 49 ancêtres pour cherchés des informations rapidement, histoire de pas trop bricoler comme une merde. Trouvant rapidement il analysa en quelques seconde puis reprit conscience, ayant été absent pendant quelques minuscule secondes. En revenant dans le monde réel il put voir Sayotomi découper une planche avec une lame de glace...la glace hein? Element polyvalent et puissant, réfléchissant il nota toute les infos qu'il avait eut jusque là: Démons ayant une force élevés, capable de manipuler la glace, portant un cercueil et instable...il repensait également à la possibilité qu'elle est un âge avancé...lorsque tout cela serait fini il irait méditer pour fouiller plus sérieusement la mémoire de ses ancêtres, peut êtres trouverait-il des informations.

Quoi qu'il en soit il se mit lui aussi au boulot, il n'avait récupéré que de la théorie alors il allait mettre du temps à se lancer mais doucement il allait comprendre la manière de faire et s'améliorer. Prenant également une planche et quelques outils il se mit au boulot, commençant par boucher les fissures lui aussi car c'étaient elles les plus nombreuse. Galérant un peu au début il appliquait doucement ce qu'il avait récupéré comme expérience puis cela allait doucement plus vite, comprenant le truc pas à pas, soudainement la voie de Sayotomi retentit:

- Ça va pour toi ? Tu t'en sors ?

- Disons que ça va pour un amateur, et toi? C'est fou à quel point reconstruire est cent fois plus difficile que détruire...


Juste après cela Fuki débarquait dans la cantine, quelques chose entre les pattes,l'un de ses fameux cure dents. Se posant sur l'épaule de son maitre l'oiseau redevenu plus calme tendis la patte et le sorcier prit l'objet puis le porta à ses lèvres, remerciant son compagnon volant avant de reprendre son vieux tic. Mais pour lui ce cure dent était également une arme, son talent d'épéiste le rendait capable de prodige, même avec ce petit morceaux de bois l'acier était quelques chose qu'il était facile de trancher. Reprenant immédiatement son boulot il continua à boucher les différentes fissures de plus en plus rapidement et de mieux en mieux, les minutes passèrent vites et le travail des deux élèves avançait à un bon rythme, il ne savait pas depuis combien de temps ils étaient dessus, une heure? deux? il ne savait pas. En tout cas les murs avait tous repris une forme à peu près correct et ça c'était bien...

- Bon plus qu'à s'occuper de l'impact au niveau du sol et des portes défoncés.

Se dirigeant vers le lieux où ils avaient entreposé le matos, les portes n'étant pas abimé il avait juste besoins de changer les gonds des deux portes, choses qu'il fit rapidement, cela étant beaucoup plus simple que ce qu'ils avaient fait juste avant. Après avoir fait cela il retourna voir Sayotomi qui devait surement avoir fini sa part de boulot elle aussi, déposant le matériel le sorcier poussa un long soupir et s'étira, franchement bricoler n'était pas quelques choses de géniale, pas vraiment fatiguant au vu de sa constitution mais juste ennuyant.

- Bref faut vraiment que je fasse gaffe moi, pas envie de reconstruire un endroit de l'établissement chaque semaine. Bon je suppose que pour des amateurs on s'en est bien sortit, plus qu'à ramener le matos et on pourra retourner dormir...ou du moins essayer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Sam 18 Jan - 13:19

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀

Alors que Akai faisait ses affaires, je n'avais pas remarqué que le petit oiseau me regardait et avait vu mon regard Démoniaque. Il c'était mit à trembler et à piailler comme un dingue comme apeuré par mon instinct Démoniaque. Je me fige et aggrave le regard discrètement. Voilà que j''effraye les oiseaux maintenant... C'est super chiant pour moi car j'adore les volatiles ainsi que les canins. Mais ce qui m'embarrasse le plus c'est bien le regard que me jette Akai... Un regard accusateur, comme si je venais de commettre un crime et qu'on me désignait coupable. Il essayait de le calmer en le caressant et en lui sifflotant une mélodie mais rien n'y fais et il s'envole en quittant les lieux. Je détourne le regard d'Akai en culpabilisant. Je voulais pas l'éffrayer le petit oiseau moi au contraire... Décidément ma race me cause que des ennuis. La dernière chose que je blesserais et que je protégerais d'une guerre c'est bien les animaux, alors pourquoi aurais-je voulu du mal à cette merveilleuse chose à plume ? Bien sûr ça Akai ne le sait pas donc je n'ai aucune défense.

- L'instinct animal est largement meilleurs que le notre, ils captent le danger bien mieux que nous. Alors évite de l'effrayer de nouveau à l'avenir...
- Pardon, je ne voulais pas l'effrayer ! Je te jure que j'avais aucune intention dangereuse, je ne m'attaque jamais aux animaux ils sont beaucoup trop fabuleux et magnifiques à mes yeux pour que j'ose leur faire du mal !


Alors que je bricolais, Akai avait l'air bien dans ses pensées quand je lui jetais des coups d'oeil. C'est pas comme ça qu'on va vite finir d'après moi. Mais bon il fait comme il veut après tous, tant que c'est terminé à temps c'est tous ce qui compte pour moi. Je connais pas le directeur mais il doit pas être très doux. Normal puisqu'un d'un coté on est un peu dans un pensionnat où toutes races se réunis alors ça peut faire mal parfois et créer des bastons monstre. Donc le directeur doit être fort et très sérieux à coups sur. Un directeur d'un pensionnat de fou quoi... Ah ! Il se mettait enfin au travail et j'en lâchais un léger sourire en coin. C'était pas trop tôt. J'avais cru que j'allais faire le sale boulot toute seule à force !

- Disons que ça va pour un amateur, et toi? C'est fou à quel point reconstruire est cent fois plus difficile que détruire...
- Tranquille. J'ai l'habitude de fabriquer es trucs tu sais. Fallais construire des chose à la dernière minute pour se protéger puis je suis une marionnettiste alors le bois ça me connait.


Enfin bon, voilà la petite éllypse mais toujours pas de trace du petit Oiseau. Je pensais qu'il reviendrait mais ça a pas l'air d'être le cas. Enfin, c'est ce que je croyais car il revient près de son maître. Je souris derrière mon masque, j'avais peur qu'il n'ose pas revenir. Je suis rassurée te qui sait, peut être que mon regard le montre ? Enfin, le plus étonnant c'est qu'il revient avec un cure dent qu'il passe a Akai. Je me demande ce qu'il veut faire avec. J'ai vite ma réponse, il découpe les matériaux avec un cure dent !!! J'écarquille les yeux et ne manque pas de trébucher de l'échelle et de me casser la gueule royalement au sol avec le pot de peinture blancs sur la tête. Je retiens de gueuler sous la chute vue que je suis bien tombé sur le cul et bon dieu que ça fait mal ! Je reste discrète malgrès le bruit monstre que j'ai fais.

- Tous va bien pas de panique !
- Bon plus qu'à s'occuper de l'impact au niveau du sol et des portes défoncés.
- Je m'en charge reste sur ton travail te retourne pas ça serait perdre du temps !


Je fais tous pour pas que Akai me voit. D'un côté je suis juste recouverte de peinture blanche, en plus il était à moitié plein.... Je me dirige vers l'impact du sol, chope des sacs de ciment, je le rebouche puis pose des dalles de la même couleur que la mosaique du sol de la cantine puis attend que ça sèche tandis que Akai répare les porte, je recule un peu et regarde ce que ça donne. Et bah c'est pas mal du tous ! On dirait presque que rien n'a été touché ! Je remue ma queue de démon qi a quelques tâches de peinture, on dit que les animaux font ça quand il sont content, enfin bref, moi ça m'étonnerait que se "travail d'équipe" me rend contente. Après ça reste une possibilité mais peu probable enfin bon j'en sais rien à part la colère et la tristesse les autres sentiments me sont inconnus. Je m'étire un coup et baille un chouilla, c'est fini on est peinards !

- Bref faut vraiment que je fasse gaffe moi, pas envie de reconstruire un endroit de l'établissement chaque semaine. Bon je suppose que pour des amateurs on s'en est bien sortit, plus qu'à ramener le matos et on pourra retourner dormir...ou du moins essayer...

Merde ! Il c'est retourné ! Automatiquement je rougis. Non, non et non ! Je supporte pas être surprise dans des situations où je suis ridicule ça me gène mais à un point ! Je regarde ailleurs complètement désorientée, la honte... Je frotte mes vêtement et secoue mes cheveux avant de gratouiller en rougissant ma joue droite. Un sujet de conversation... Vite ! Ou je sais pas un truc pour détourner l'intention par ce que là c'est vraiment trop mega la honte ! J'agite les bras, alors là c'est cramé que je me sens ridicule avec se tic à la con !

- Je sais pas toi... Mais j'ai un petit creu. Hum, ça te dirais de manger un bout ou pas avec moi ici ? C'est que y'a plein de trucs mais je ne sais pas ce qui se mange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Mer 5 Fév - 19:58

Akai Ketsueki
Sexy boys - Élève ♂
avatar
Race : Sorcier

Messages : 55
Rubis : 0
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 21
Localisation : Dans un arbre en train de lire.
Sexy boys - Élève ♂


Elle avait dit qu'elle ne voulait pas effrayer Fuki et qu'elle n'était pas du genre à s'ataquer aux animaux. Rajoutant mêmes le fait qu'elle les trouvait trop fabuleux pour s'en prendre à eux. La réponse aurait put en rassurer plus d'un mais l'esprit logique du guerrier se mit immédiatement à analyser les paroles. Elle semblait dire la vérité lorsqu'elle disait qu'elle ne s'e prendrait jamais aux animaux. Si il prenait cette phrase comme base alors la source de danger qu'avait dégager la démone n'était pas adresser à l'oiseau mais bien au sorcier. Car Fuki était un oiseau qui ne se préoccupait que de se propre sécurité mais également de celle de son maitre et amis et ça Akai le savait. Si Fuki n'avait pas prononcé le mot danger pour lui même alors c'était parce que Akai était lui en danger, intérieurement sa méfiance venait d'augmenter en flèche. Quoi qu'il en soit certaines paroles qu'elle avait prononcées avait attirés sa curiosité.

- Tranquille. J'ai l'habitude de fabriquer es trucs tu sais. Fallais construire des chose à la dernière minute pour se protéger puis je suis une marionnettiste alors le bois ça me connait.

- Construire pour se protéger, je peux comprendre ce principe mais de quoi ou de qui devait-tu te protéger ? Les marionnettistes sont peu répandus, j’en ai rarement vue à l’œuvre. D'un côté ça explique peut être le fait que tu te promène avec un cercueil...

Ce n'était qu'une supposition bien entendue, il ne savait pas ce qu'il y avait dans le cerceuil et franchement il ne s'y intéressait pas vraiment, que cela contienne une marionette ou véritable cadavre. Sinon il avait finalement poser une question plus direct,de quoi se protégeait t'elle? Elle avait parlé plusieurs fois de son passé de manière assez floue depuis leur rencontre explosive. Elle avait parlée d'un passé qu'il devinait peu agréable, elle était instable, dégageait parfois une aura menaçante et peut être une puissance phénoménale. En ayant un peu marre de tourner autours du pot il avait directement posé la question, de quoi avait-elle dut se protéger? Il gardait son ton calme et tranquille, cherchant à garder une ambiance sereine. Il avait compris une chose en discutant avec cette demoiselle,elle était d'une horrible puissance et si jamais ils en venait à s'affronter...l'établissement et la ville ne risquait pas d'être présent sur les cartes suite à cela. Mieux valait éviter cela...

Quoi qu'il en soit il avait entendu un fracas pendant qu'il travaillait puis alors qu'il commençait à se retourner la démone entrait dans la cuisine, quittant son champs de vision. Il avait donc repris son travail tranquillement mais lorsqu'il l'avait enfin finis il revis Sayotomi et il compris enfin pourquoi celle-ci lui avait dis de ne pas se soucier du brouhaha. Cette dernière était recouverte de peinture d'ont il pouvait clairement identifié la couleur vu que c'était une des deux seules qu'il distinguait: du blanc. Soudain elle se mit à paniquer, se secouant dans tous les sens pour tenter d'enlever la peinture, puis gratta sa joue avant d'agiter les bras.

- Je sais pas toi... Mais j'ai un petit creu. Hum, ça te dirais de manger un bout ou pas avec moi ici ? C'est que y'a plein de trucs mais je ne sais pas ce qui se mange...

Le seigneur laissa de très légères secondes de silence passer avant de soudain se mettre à rire doucement, un rire calme mais pourtant franc qui ne dégageait que tranquillité avec une pointe de moquerie, c'était le même rire qu'il avait eut lorsqu'il rigolait avec ses généraux, un rire serain mais qui conservait une certaine noblesse. La réaction de la demoiselle avait de quoi être particulièrement marrante il faut dire. Fuki choisit se moment pour venir se poser sur l'épaule de son maitre. Le sorcier enleva le cure dent qu'il avait entre les lèvres pour parler.

- Je crois que tu as gagné le droit d'avoir une bonne douche pour enlever toute cette peinture. Mais sinon je veux bien manger un morceau. Vu que tu ma aider pour réparer les dégâts que j'ai causé j'imagine que je peux bien préparer le p'tit déj.

Se dirigeant vers la cuisine il alla directement vers le frigidaire pour prendre des oeufs et du lait. Il se saisit ensuite d'une baguette de pain, d'une poële, du sucre et lets go c'est partie pour du pain perdue. Un plat aussi agréable à manger en dessert pour les repas qu'en plat principales pour les petit déjeuners. Fuki avait repris la même formation que tout à l'heure, il restait sur l'épaule de son maitre mais gardait son regard porté sur la démone. Il n'était pas spécialement doué en cuisine mais il savait faire des plats simples, après tout lorsque vous êtes seigneur de clan vous prenez bien vite l'habitude de bien mangé...même en étant au front chaque jour pour soutenir vos soldats.

Les minutes passèrent tranquillement et il finit enfin par terminer son oeuvre, en ayant profité pour également préparer thé,café et chocolat chaud, céréales,pain,beure,confiture et ayant ramené les croissants et pain au chocolat de tout à l'heure sur la table. Oui il mettait plein de chose comme ça elle pourrait en gouter un maximum. N'avait elle pas dis qu'elle ne savait pas ce qui se mangeait? Alors il allait lui enseigner, le petit déjeuner finalement prêt le seigneur afficha un air un peu satisfait.

- Et voila ! Je te laisse découvrir les joies de la gastronomie matinale à présent, par contre je te préviens, tu sortira pas de cette cuisine sans avoir tout gouté.

Il avait dit ça avec un air amusé, ayant encore du mal à croire qu'elle n'y conaissait rien en gastronomie. Au contraire lui était un pur européens, un homme pour qui la nourriture était extrêmement importante même si c'est une image stéréotypés. Se servant un café le rival du dieu de la guerre s'assit sur sa chaise pour commencer à siroter sa boisson. Attendant de voir les réactions de la démone face à cette montagne de nourriture...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Sam 8 Fév - 0:12

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀

- Construire pour se protéger, je peux comprendre ce principe mais de quoi ou de qui devait-tu te protéger ? Les marionnettistes sont peu répandus, j’en ai rarement vue à l’œuvre. D'un côté ça explique peut être le fait que tu te promène avec un cercueil...
- Me protéger de la guerre, voilà tous...


Voilà, c'est ce que j'avais répondu à sa question. La guerre... Ce n'est pas que se battre et défendre son pays... C'est aussi assuré sa survie. Je devais détruire, mais aussi construire tous comme entretenir mes automails et autres implants robotiques. Quoi qu'il en coûte pour rien au monde je ne voudrais retourné à cette époque. C'était trop dur et tromatisant, je ne pourrais pas resuporter ça vu les séquelles qu'elle ma laissé. Dormir sur des cadavres, regarder ses camarades se faire tuer sous ses yeux, le sang qui gicle de partout. Franchement... Pour rien au monde je voudrais revivre ce cauchemar qui hante toujours mes nuits. J'ai l'impression de traîné derrière moi un boulet énorme qui ne me lâchera jamais quitte à m'en boussillé la cheville. Un boulet de plus en plus lourd, de plus en plus grand et de plus en plus douloureux. Si je pouvais je me couperais la jambe si ce boulet était matériel... Mais ce n'est pas le cas. C'est mentalement que je porte ce poid insoutenable. Parfois j'ai envi d'Hitler et de m'arracher les souvenirs horribles dominant ma mémoire. Mais oublié reviendrait au fait de ne pas assumer mes crimes. Déjà que je les assume vraiment pas beaucoup...

Enfin bon. Nous avons fini. Et ma situation est vraiment très très très gênante. Ce qui fait rire calmement Akai avec un zest de moquerie je crois. Ce n'est pas bien méchant heureusement sinon il serait pas debout en ce moment même et puis... Je l'aime bien, il n'est pas détestable, plutôt intéressant je dirais. Son oiseau, Fuki, revient se poser sur l'épaule de son maître. Je vais pas le nier, mais mon préféré des deux c'est bien le petit oiseau. D'un côté je préfère les animaux atous êtres vivants mis à part Mikono que je considéré comme un de ses êtres même si elle est presque intégralement morte. Enfin bref, je suis vraiment ridicule comme ça moi ! Je ne sais plus où me mettre. J'aimerais me caché et ne plus sortir de ma cachette tant qu'il n'oubliera pas cet épisode. Non mais franchement... Être affichée comme ça... Moi qui est toujours un minimum discrète à part lorsque je marche sur le plafond mais ce n'est qu'un détail. Là, ma discrétion vient de de casser la gueule d'une dans toute sa splendeur. Mikono réagissait souvent comme ça quand j'y pense... Elle a sûrement déteint sur moi. En tous cas, Akai retire son cur dent de sa bouche.

Je crois que tu as gagné le droit d'avoir une bonne douche pour enlever toute cette peinture. Mais sinon je veux bien manger un morceau. Vu que tu ma aider pour réparer les dégâts que j'ai causé j'imagine que je peux bien préparer le p'tit déj.
-- Ah euh ben merci alors...


Il file aussitot en cuisine. Je regarde discrètement et observe ce qu'il prend. Je reconnais du pain, enfin je crois. On en mangeait souvent à l'armée en temps de guerre, on avait par l'argent pour autre chose. En tous cas, je remarque une poudre blanche. C'est, blanc, mais ça brille légèrement. On dirait de la poudreuse cristalisée. Ça se mange alors ? Y'a aussi des trucs ovales et quand il les tapote il y a un liquide translucide puis un rond jaune orangé qui en sort. C'est étrange... Je vais manger ça moi ? Y'a aussi se liquide tous blanc, je me demande pourquoi il mélange tous... C'est sûrement fait expret. Moi j'y connais rien dans la cuisine. J'ai toujours été nourrie de choses aux goûts infects et qui me donnait des maux d'estomac insoutenable. Par exemple, quand j'étais petite, quand j'étais séquestrée par mes parents. Je mangeaus des pattes de poulet et des têtes de poisson. Sachant sur tous ça était des restes et de plus périmés... Oui, mes parents ont tenté de me tué par indigestion alimentaire. Sinon en temps de guerre c'était un liquide légèrement pâteux avec des grumos. Un mélange de tous et de rien. Et c'était toujours la même chose tous les jours.

En tous cas, après quelques minutes. Il déposé tous plein de truc sur la table. Je reste impassible avec juste les yeux écarquillés. C'est... Cette quantité qui m'étonne. Je, n'avais jamais vu autant de nourriture et de boissons. Ça en est presque douteux ! J'ai tellement l'habitude d'avoir une petite portion pour en laisser aux autres que franchement là pour moi c'est un festin de roi. Des aliments de toutes formes, aux multiples odeurs toutes aussi agréable que les autres. J'ai envie de touché à tous en vérifiant que ça se mange tous ça. Parce que moi j'ai du mal à y croire. Je ne sais pas si Akai est habitué à cuisiné mais franchement là je lui tire mon chapeau. J'hésite même à y goûter tellement que c'est impressionant et paraît à l'odeur esquis. Je remue ma queue de démon, intriguée par toutes ces choses jonchant la table. La question que je me pose, c'est sans aucun doute par quoi commencé ? Tous à l'air si bon que je sais vraiment pas quoi commencé. J'hésite entre le truc doré en forme de lune et le pain qu'il a trafiqué avec des ingrédients étranges. Je suis peut être légèrement curieuse. D'un côté il y a de quoi ! Mikono serait histérique avec tous ça.

- Et voila ! Je te laisse découvrir les joies de la gastronomie matinale à présent, par contre je te préviens, tu sortira pas de cette cuisine sans avoir tout gouté.

Je regarde alors Akai en clignant des yeux. Je peux vraiment goûté à tous ? C'est super gentil de sa part. Je ne sais pas quoi dire. Merci peut être ? Hum.. Je ne pense pas que ça mérite un merci. Quoi que, Mikono l'aurait dit elle, ce merci alors je devrais le faire. J'en sais rien. Je me gratte derrière la tête et regarde la table puis Akai. Et ainsi de suite avant de m'approcher d'une tasse remplie fr quelque chose. Je pose mes doigts dessus et les recule vite. C'est hyper brûlant je ne dois surtout pas avaler ça ! Ça serait dangereux pour la glace qui protège la partie de mon coeur qui fonctionne a un timming pile pour ma survie . Aussi étrange qu'il y parait, cette glace sur les organes vitaux est vraiment indispensable sinon c'est la mort assurée ! Je regarde donc le pain transformé qui est légèrement chaud. Je. Ais devoir attendre que ça refroidisse. Je toute donc les trucs bizarre recouvert d'un truc collant rouge. C'est super bon. Je le mange vite et regarde Akai vraiment impressionnée les yeux pétillants tous en gardant un visage neutre. C'est dingue, comment ai-je pu raté une chose aussi succulente moi ?!

- C'est délicieux Akai. Mais je vais devoir attendre que les aliments tièdes ou chauds refroidissent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Dim 9 Fév - 19:59

Akai Ketsueki
Sexy boys - Élève ♂
avatar
Race : Sorcier

Messages : 55
Rubis : 0
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 21
Localisation : Dans un arbre en train de lire.
Sexy boys - Élève ♂


- Me protéger de la guerre, voilà tous...

Le regard du sorcier changea un bref instant, s'écarquillant légèrement suite à la rapide annonce qu'elle avait faite. La guerre? Visiblement il n'avait pas été le seul à en être victime et à venir dans ce pensionnat. Une nouvelle rafale de question voguait dans son esprit, des questions qu'il ne poserait pas par simple respect, ayant déjà l'impression d'avoir été trop loin avec sa question. Quoi qu'il en soit l'homme était devenus plus réfléchis, durant de nombreuse bataille il avait pris de violent choc au niveau du crâne, des chocs qui l'avait parfois plongé dans de profond sommeil mais qui surtout à son réveil avait effacé de sa mémoire tout ce qu'il s'était passé durant ces batailles.Avait-il déjà croisé sa route sur un champs de bataille et ne s'en souvenait-il plus? A moins que se soit l'un de ses ancêtres qui l'ai peut être croisé? Dans tous les cas il avait à présent assez d'élément pour la reconnaitre si jamais les souvenirs de ses ancêtres l'évoquait, dès que se serait finit il irait fouiller leurs esprits par pur précaution.

Quoi qu'il en soit l'heure n'était pas à cela pour l'instant et le sorcier souriait très légèrement, pourquoi? Car il avait eut le droit à un merci, et vu comment la demoiselle était froide c'était presque un exploit non? Bref il suffit de la plaisanterie le sorcier avait user de son peu de savoir qu'il avait dans l'art de la cuisine pour préparer un petit déjeuner digne de se nom. Car face aux paroles de la demoiselle il avait eut une certaine sorte de motivation pour lui faire découvrir la gastronomie. Surtout qu'à présent qu'il savait qu'elle avait fait la guerre il pouvait clairement s'imaginer à quoi devait ressembler ses repas, étant également passez par cet étape lui aussi.

Alors qu'il sirotait son café il l'observa analyser et gouter certain des plats par contre...elle semble éviter tout ce qui est un minimum chaud...ce qui est assez dommage d'ailleurs. Déposant sa tasse avant de prendre un petit morceaux de pain il le donna à Fuki qui se fit un plaisir de le dévorer. En observant les yeux de la démone il put y voir une sorte d'étincelle, une étincelle loin d'être agressive. Il se souvenait des jours où il revenait de quatre à cinq mois de combat pour prendre une journée complète de repos...c'était l'un des rares jours où il mangeait ce qu'il voulait. Le reste du temps il préférait mangé comme ses soldats pour être proche d'eux et se limitait aux rations et aux animaux chassé et lorsqu'il n'y avait rien...et bien sois on supportait la faim sois on dévorait les bras des soldats mort au combat,qu'il soit elfe,lycan,vampire,démon, sorcier ou humain oui...du cannibalisme!

- C'est délicieux Akai. Mais je vais devoir attendre que les aliments tièdes ou chauds refroidissent.

- Content que ça te plaise, je ne pouvais pas laisser quelqu'un qui ignore tout de la gastronomie dans cet état. Mais c'est dommage que tu attende que ça refroidisse, c'est bien meilleur quand c'est chaud.


Il gardait son ton détaché , libre à elle de déguster la nourriture comme elle le voulait à présent, il ne préférait pas poser de nouvelle question trop indiscrète. Quoi qu'il en soit lui il mangeait tranquillement, bah ouais il avait la dalle et il allait pas attendre. Mais alors que le repas se faisait dans une ambiance sereine sa vision se brouilla un très léger instant. Puis son sang se mit à circuler plus vite dans ses veines,bien trop vite même! Un visage inquiet apparru sur le faciès de Akai pendant seulement une seconde, juste après le jeune homme usa de son pouvoir pour ralentir tranquillement les battements de son coeur et la vitesse de circulation du liquide écarlate, il ne reconnaissait que trop bien ce symptôme.

* Il faut vite que j'aille méditer avant que ça ne dégénère *

Lorsque son sang se mettait à circuler plus vite et à bouillir sans qu'il n'use de son pouvoir c'était pour signaler une chose: sa tranquillité arrivait à ses limites. Et la limitation au niveau de ses yeux serait brisé si il ne restait pas calme. En tant normal il aurait put tenir plus longtemps mais Sayotomi était un gros problème. Car cette dernière avait réveiller depuis leur rencontre explosive sa soif de combat, son envie de duel, son envie de se surpasser, son envie de vaincre un adversaire surpuissant, il avait vite compris que cette femme était dangereuse mais surtout incroyablement forte et c'était surement ce qui poussait son instinct de combattant à prendre le dessus. Si certain avait soif de sang lui avait soif de défie et il voulait absolument éviter cela. Laissant Sayotomi manger tranquillement il attendit patiemment en gardant un air calme bien que intérieurement il ne l'était pas du tout, lorsque la demoiselle eut finis le rival de Mars se leva de sa chaise.

- Bien, plus qu'à ramener le matériel de tout à l'heure et on pourra retourner dormir.

Sans s'en rendre compte son visage mais surtout le ton de sa voix était beaucoup moins assuré qu'auparavant, il avait fait l'erreur de montrer un certain empressement dans ses mots mais surtout une certaine déstabilisation chez lui. Il devait ranger le matériel et aller méditer au plus vite...ou sinon il ne donnait pas cher de cette ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Ven 28 Fév - 18:48

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀

- Content que ça te plaise, je ne pouvais pas laisser quelqu'un qui ignore tout de la gastronomie dans cet état. Mais c'est dommage que tu attende que ça refroidisse, c'est bien meilleur quand c'est chaud.
- Ben, tu sais, si je bois ou mange chaud; je risque de mourir et j'en ai pas très envie... Pour le moment.


Je reprend mes occupations. C'est fou, c'est vraie... Je ne connais rien à la gastronomie. Car je doute que le cannibalisme soit considéré comme une "gastronomie", "gastronomie barbare" encore ça irait, mais bon... Le cannibalisme reste quelque chose de répugnant, parfois les cadavres avaient subi des infections horrible. Certains de nos soldats mouraient d'une simple indigestion alimentaire, d'un côté, vu le degré de l'indigestion et ce qu'ils avaient consommé c'est compréhensible. Je l'admet, moi même j'ai eu une indigestion qui c'est carrément transformée en une infection. J'ai frôlé une fois de plus la mort. Bah, avec le nombre de fois où je l'ai frôlé, ce n'est pas bien grave.

Bref, Akai et moi mangeons tranquillement dans une ambiance plutôt agréable. En effet; ça faisait des lustres que je n'avais pas pris un petit déjeuner aussi reposant et... Agréable ? Enfin, agréable jusqu'au moment où je remarque pendant une seconde à peine, une émotion d'inquiétude sur le visage d'Akai. Je sens quelque chose... Oui, je ressens facilement cette envie de sang, cette envie de combat. Et Akai est en plein dedans, mais à l'air, tous comme moi, de refuser cette partie de lui même, et je le comprend. Combien de personne ai-je tué ? Je ne les compte plus... La vie des humains tient à un misérable fil, et malheureusement, leur fils je l'ai ai coupé facilement.

- Bien, plus qu'à ramener le matériel de tout à l'heure et on pourra retourner dormir.


Il se lève et pour ma part je hoche simplement ma tête. Je transforme mes bras en mes deux mains géantes mécaniques et prend une bonne partie du matériel en utilisant aussi ma queue métallique de démon. Je sais où est le problème aussi. C'est moi, j'ai eu le même problème avec Ino. Mon attitude et mon aura active les pensées et réactions violentes et négatives il faut croire. Ainsi va la vie te je suis loin d'être chanceuse. Je crois que je n'ai rien à faire ici, je n'attire que des problèmes. Je devrais songer à partir d'ici, mais Mikono m'en empêche, sinon, je ne serais tous simplement jamais venu. Je vais essayer de me tenir à l'écart de la population un moment, sinon je crains ne pas tenir. Mais je vais être honnête...

- Akai, je sais très bien que ma présence pose problème, mais si un jour tu souhaites faire un duel cotre moi, ou même discuter un peu, je serais à ta disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   Mar 4 Mar - 11:05

Akai Ketsueki
Sexy boys - Élève ♂
avatar
Race : Sorcier

Messages : 55
Rubis : 0
Date d'inscription : 23/07/2013
Age : 21
Localisation : Dans un arbre en train de lire.
Sexy boys - Élève ♂


Elle allait mourir si elle buvait ou mangeait chaud? C'était assez étrange et le jeune homme avait du mal à s'imaginer comment un simple café pouvait déclencher le décès de cette démone. Il devait surement y avoir un rapport quand au fait qu'elle était une démone de glace mais il ne pouvait pas en savoir en plus. Mais bon il n'avait pas trop le temps d'y penser actuellement, il devait partir au plus vite. Il n'avait pas l'habitude de rester autant éveiller en pleine nuit et sa dernière séance de méditation pouvait le tenir calme seulement si il restait endormis. Même si il le cachait au mieux il savait que ses pulsions meurtrières pouvait être sentis par autrui.

Sayotomi transforma ses bras en bras mécanique afin de prendre avec elle une bonne partie du matériel. Sans attendre le seigneur de guerre en fit de même avec le reste et partit en direction de la réserve, une fois arrivé il y déposa tranquillement le matériel emprunté puis il sortit de la réserve. Lorsque la démone eut fait de même le jeune homme ferma la porte et s'entreprit de la fermer à double tour avec la même méthode que lorsqu'il l'avait ouvert, c'est à dire avec son sang. Une fois cela fait le jeune homme observa rapidement Sayotomi qui était devenus un peu plus songeuse.

- Akai, je sais très bien que ma présence pose problème, mais si un jour tu souhaites faire un duel cotre moi, ou même discuter un peu, je serais à ta disposition.

Le roi sorcier haussa un sourcil, sa présence posait problème? Certes mais ce n'était que l'un des nombreux détail, le jeune homme considérait que son manque de méditation récemment était la principale cause de la situation actuelle. Un duel elle avait dit? Un sourire à la fois amusé mais également extrêmement provoquant apparu sur le visage du jeune homme, son caractère de roi prétencieux faisait doucement surface. Mais cela faisait bien longtemps qu'il s'était jurer de ne plus se battre, en lui s'était un véritable combat intérieur. Le jeune homme enleva la veste militaire que la démone lui avait prêté pour la redonner, se retrouvant à nouveau vêtu d'un simple caleçon.

- Ca fait bien longtemps que je me suis jurer de ne plus me battre, donc c'est non...

Juste après avoir dit cela il tapota deux fois de manière calme et tranquille l'épaule droite de la démone, sa manière à lui de montrer qu'il avait une légère sympathie pour elle. Puis il commença à quitter les lieux, sa conscience de guerrier était sur le point d'exploser, il avait certes refuser le moindre combat mais ça lui avait demander un énorme effort. Soudain le conscience de roi de l'homme prit le dessus un très léger instant et le jeune homme se retourna vers Sayotomi.

- J'ai juré de ne plus me battre...mais il me semble que j'ai une dette envers toi. Alors le jours où ton instabilité prendra le dessus je viendrais te stopper, sois en sur...

Elle avait prit la responsabilité de la secousse, il avait donc une dette envers elle. Dette qu'il rembourserait le jour où la jeune femme ne pourrait plus se contenir, ce jour là il viendrait la stopper...et il aurait son duel par la même occasion. Puis reprenant sa marche le sorcier retourna rapidement à sa chambre, pris une chemise et un pantalon avant de quitter les lieux. Se dirigeant dans le jardin il grimpa à l'un des arbres pour se mettre en position de méditation. Il se mit à fouiller la mémoire de ses cinquante ancêtres, voyant tous ce qu'ils avaient vus, entendant tous ce qu'ils avaient entendus jusqu'à ce des mots viennent s'afficher dans son esprit. Des mots qu'il ne comprenait pas pour le moment...

["Sept démons des éléments"]

Il en comprenait pas ce que cela signifiait pour l'heure, il ne savait rien mais il savait une chose...Un de ses jours l'instabilité de Sayotomi prendrait le dessus, et ce jour là il viendrait rembourser sa dette en tentant de la stopper. Un duel était prévu et avait été annoncé, Batsugun serait bientôt libéré...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

L'art de foutre le bordel sans faire exprès...[Pv:Sayo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tuer sans faire de bruit, facile non ? (PV Alya Sai)
» Oh oh Je vais pas avaler ma Soupe sans faire de bruit cette fois-ci :/
» Tu fais peur sans le faire exprès. #Khamzin
» À tu et à toi... Qu'en est-il de vous dans tout ça ?
» Bonjour, je voudrais pouvoir tuer sans faire de bruit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Rez-de-Chaussée :: Cantine-