Soyez le bienvenue parmi nous ! ♥️
H/Y/Y accepté à certaines conditions (cf règlement)
Forum RP - RPCB
Si vous avez des questions, n'hésitez pas !
NOUVEAU THÈME PROCHAINEMENT DISPONIBLE ! TENEZ VOUS PRÊTS !
N'oubliez pas de signer le règlement lors de votre inscription !
Votez pour nous pour que notre communauté s'agrandisse !
Pour ceux qui ont utilisé cette fiche de présentation, veuillez vite la modifier suite à un changement de codage ! Excusez pour la gène que cela peut faire sur les présentations actuelles ...
N'oubliez pas le jeu du loup garou ! http://kagaribi.forumactif.org/t227-les-loups-garous-de-thiercelieux
Un serveur Mumble a été ouvert rien que pour nous !! http://kagaribi.forumactif.org/t348-serveur-mumble-kagaribi#2823

Partagez | 
 

 Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Jeu 20 Mar - 22:30

Roderich Edelstein
Aristocrat Austrian Admin
avatar
Race : Nation

Messages : 100
Rubis : 235
Date d'inscription : 04/02/2014
Localisation : Derrière mon piano, imbéciles.
Aristocrat Austrian Admin



Après la bataille.


"Le corps guérit des blessures. L'âme en garde les traces. Pour toujours"






La guerre faisait encore rage à Austerlitz bien que ses échos s’éloignent peu à peu. Chaque homme chutant, rendant son dernier souffle rapprochait la bataille de sa fin. Les canons des mousquets se taisaient peu à peu avec la fin des cris et des combats. Le bruit des lames se taisait lui aussi. L'ouïe s’empattait peu à peu pour laisser place aux senteurs olfactives. Le bruit mou des cadavres tombant était a dernière trace que la guerre laissait à nos oreilles, dernière rumeur de sa rage. L'odorat ne pouvait manquer de capter l'odeur du souffre et de la poudre a canon, mêlée a celle, plus pugnace, des cadavres et du sang. Le charnier livrait son fumet écœurant dans toute sa crasse splendeur. Les uniformes criards de trois armées se côtoyaient. Désunis et déchirés dans la vie, ils étaient ironiquement proches dans la mort. Certains survivants et blessées s'entraidaient encore à l'arrière du front mais le champ de bataille se désertait peu à peu. Les bruits, les odeurs, la vue des explosions, les uniformes rutilant et les lames brillant au soleil, les conditions terribles, tout cela était fini. Tout cela laisserait une cicatrice dans le paysage. Une cicatrice qui se refermerait avec les années.

Cependant, seul dans ce qui avait été le foyer de l'horreur, le cœur des enfers, un homme marche, regardant d'un air insensible les corps. Son corps est meurtri à de nombreux endroits, sa bannière est déchirée de même que son riche uniforme de haut gradé, pourtant son regard n'est pas éteint, bien qu'il ait perdu la bataille il n'a pas perdu espoir. Il marche sur les cadavres de ses alliés comme sur ceux de ses ennemis, sans différences. Ceux se battant en son nom avaient pour lui la même importance que ceux s'étant battu contre lui. Ces soldats n'avaient a ses yeux qu'une importance moindre. Ce qu'il cherchait inlassablement était d'une autre nature.

Il rengaina sa lame maculée de sang d'un geste strict et efficace. Il dépouilla l'un des cadavre de son habit pour avec un couteau ses faire des bandages de l’étoffe qui ne serait plus d’aucune utilité a personne. Son propre vêtement, largement abîme laissait voir son torse et par endroit des stries sanglantes ne correspondant pas aux déchirures. Il laissa choir ses fines montures noires soutenant deux verres brisés. Ses yeux améthystes eurent encore plus de mal a scruter le paysage embrumé par la fumée des canons. La nation avait souffert de la perte de chacun de ses bataillons ce qui avait laissé des traces sur son corps, et le fait que le combat se situe dans ses frontières affaiblissant terriblement. Bien que plus fort sur son territoire, il subissait le contrecoup des dommages collatéraux.

Finalement, son regard finit par accrocher ce qu'il cherchait et il se dirigeât vers un morceau déchiré de la bannière du Saint Empire Romain Germanique s'agitant suivant le sens du vent. Une goutte tomba dans ses cheveux, d'eau et non de sang. Puis d'autres suivirent, d'abord timidement, puis s’abattant comme un rideau purificateur tachant de laver la plaine de la folie des hommes. L'immortel se pencha vers une petite silhouette, celle d'un jeune adolescent blond semblant comme endormi sur le sol. Ses yeux bleus restaient ouverts dans une expression de stupeur. Aucune de ses blessures n'était assez profonde pour lui être fatale. Le noble resta un instant figé devant ce qu'il voyait, puis se pris dans ses mains tachées de sang des poignées de ses cheveux de chaque coté de sa tête et tomba à genoux devant la cruelle évidence. Il ne cria pas, tout son coincé dans sa gorge et sa tristesse l'étouffait. Le noble strict sentit pour la première fois dans sa longue existence des larmes couler le long de ses joues et se perdre dans son cou. Le ciel pleurait avec lui la dépouille du jeune homme, rinçant impitoyablement le monde des humains.

Il se reprit pour ramasser le corps de celui qu'il n'aurait jamais pensé voir mourir. Il savait que le garçon avait une santé fragile, mais il avait insisté pour se rendre au combat, ne voulant pas laisser l'Italie du Nord aux mains de la France. Severin Beilschmidt, l'incarnation du Saint Empire Romain Germanique avait trouvé la mort, ici, a la fin de la bataille d'Austerlitz. Roderich pleurait en silence, seul ses larmes si rares témoignaient de sa détresse. Cet enfant il l'avait élevé, nourrit, choyé, éduqué, protégé. Il avait été comme un père pour lui, bon et attentionné, comme il ne l'avait été avec personne. Le cœur si dur et si fermé de la personnification de l'Autriche s'était ouvert au petit blondinet mais la mort de celui ci l'avait endommagé au point que l'homme aux yeux violets se jura de ne plus jamais s'occuper de quiconque de plus jeune de la sorte. Créer de la distance avec les autres, voilà la seule chose qu'il pouvait encore se permettre...


* * *


Il jouait. Cela faisait peut deux jours d’affilé qu'il jouait, sans relâche, sans se décrocher de son piano. Elizaveta était à peine entrée pour prendre de ses nouvelles qu'il l'avait chassé avec fermeté. Il voulait être tranquille. Depuis sa défaite, seul les accords de son piano émanaient de la salle ou il avait élu domicile. Les mélodies roulaient à un rythme menaçant, promesse de mort. Sa rancœur  s'accumulait de même que sa rage envers ses ennemis. Une ombre se profila dans entrebâillement de la porte, mais depuis le début, l'autrichien ressentait la présence de cet homme dans les parages. Son monarque, son maître a qui il devait toute obéissance, François Ier d'Autriche.

- A cause de tes défaites j'ai été contrait de dissoudre le Saint Empire Romain Germanique. Tu n'est désormais plus un duché mais l'Empire d'Autriche. J’espère que tu es fier de ta promotion, Roderich...

Il se mordit la lèvre pour ne pas répliquer. Ainsi, tout cela n'était du qu'a sa faiblesse ? Il était le seul responsable ? Et les Français ? Et ce Napoléon ? Les accords ne s’arrêtèrent pas, gagnant même en intensité. Puis d'un coup, tout s’arrêta. La musique, les gestes du pianiste, suspendus dans les airs en un instant d'infini. Il se leva solennellement, et alla récupérer la bannière de celui qu'il considérait comme son fils. Pour la brûler. Définitivement.


Il se réveilla doucement, essayent de maintenir dans cette instant étrange entre sommeil et éveil des bribes de son rêve. Mais les rêves sont indomptable comme le sable et l'eau, vous avez beau essayer de les saisir encore et encore ils vous filent entre les doigts. L'autrichien n'ignorait pas que cela avait trait a ses souvenirs de guerre. En ce moment il ne cessait de rêver de guerres et de batailles. Mais celui la se soustrayait a sa pensée, comme le fuyant. Il savait que c'était sans doute important, mais chassa rapidement cette pensée d'un mouvement de tête. Il avait des cours à assurer avant tout. Il réprima un bâillement puis attrapa ses fines montures qu'il plaça sur son nez avant d'ouvrir les volets. Il faisait encore gris à cette heure mais le temps promettait de se lever.

Il fit chauffer de l'eau puis se prépara comme à son habitude, s'habillant de manière dépassée et archaïque. Ici chacun venant de son propre monde ou sa propre époque personne ne lui faisait de remarques sur sa vestimentation. C'était assez élégant et classe mais cela faisait vraiment vieux noble, aujourd'hui plus personne ne se vetissait comme lui. Il prit rapidement son thé puis prépara son cartable pour aller dispenser ses cours. Lorsqu'il arriva il entendit clairement un soupir ennuyé de la part des élèves. Soupir qu'il accueillit avec un haussement de sourcil significatif. Il ne tolérait pas vraiment qu'on souhaite a ce point son absence. D'autant que selon son point de vue ses cours étaient intéressants. Enfin. Il installa tout ce petit monde dans la salle pour leur parler de l'Union Européenne. Beaucoup d’entre eux étaient dissipés, mais le professeur ne s'en souciât pas jusqu'à ce que les élevés viennent a bout de sa patience. Ce qui fut somme toute assez rapide.

Il abattit ses deux mains sur la table ce qui provoqua un bruit fort, assez pour rappeler cette joyeuse cour à l'ordre. Ceci faisant il remarqua qu'il manquait quelqu'un au premier rang. Une très bonne élève qui portait un cercueil constamment avec elle. Il se rappela qu'elle s’appelait Sayotomi. Il fronça les sourcils en constatant l'absence. Les sales gosses qui constituaient la classe furent tout d'un coup très attentifs. Certains tremblaient presque. Mais il faut dire que l'homme avait une sacrée prestance et qu'a ce moment son regard était froid et intransigeant. A défaut d’être réellement puissant il avait un style qui poussait ces petits monstres  a se tenir a carreaux pendant un moment tout du moins.

Peu de gens savaient des choses sur lui ici. Il avait pour principe de ne rien chercher a savoir pour qu'on lui foute la paix en retour. Il ne connaissait donc rien de la majorité de ses élevés hormis leur nom et c'était réciproque. Il ne voulait pas avoir a se lancer dans de longues explications d'autant que son identités était supposée rester un tant soit peu sous le secret. Mais si quelqu'un venait lui demander en face il aurait sans doute répondu. Les bonnes manière que les Habsbourg lui avaient inoculé restaient profondément ancrées en lui.

Le cours se déroula rapidement ainsi que le reste de la journée. La routine avait pris sa place et lorsqu'il sortit de son dernier cours les couloirs étaient deserts. Il était resté un peu plus tard pour corriger des copies. Pour le moment il évitait les autres membres du corps enseignant qu'il jaugeait de loin. Ses copies bien rangées dans son sac et son étui a violon passé sur une épaule il s’apprêtait a rentrer dans ses quartiers prendre un repos bien mérité lorsqu'il sentit un choc au niveau du bas de son thorax. Cela le tituber, tout frêle qu'il est, mais il se reprit avec aisance et considéra l'impurtune d'un regard froid. Alors comme cela il était curieux de savoir comment elle allait se justifier de son absence... Cette Sayotomi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Sam 22 Mar - 9:39

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀



Souvenir et chaton.


✘ Sayotomi  ✘  Roderich ✘



Une journée de plus, sans être allée en cour. Je ne veux plus me présenter en classe depuis ma crise de nerf, ou mes envies démoniaques avaient reprit le dessus. Et pourtant j'aimerai bien y retourner. J'aime bien les cours de Mr Edelstein par exemple. Bref, en tous cas, c'est une sale journée, il arrête pas de pleuvoir,encore et toujours depuis hier dans la nuit. En effet, c'est depuis hier que je suis dehors, sous la pluie battante... La pluie, ça me rappelle de mauvais souvenirs, ou doux, je ne sais pas trop en vérité. Les souvenirs sont des choses que je met de côté pour ne pas souffrir, car j'en ai assez, de souffrir, vraiment assez. Je ne veux plus laisser ces cris retentir dans ma tête, ces bruits horrible de coups de feu et de pleurs d'innocents. Je ne veux plus, plus jamais rentendre ça, plus jamais le revoir ou le revivre, et je ne le souhaite à personne.

Mais ce que je ne veux surtout plus jamais revoir... C'est ce visage, cette sensation, ce vide, cette culpabilité... Cette perte. Oui, la perte d'un être cher, après des années et des années de sommeil, seule avec son élément. On se libère, on remarche, prête à tous détruire autour de soi, et là, une jeune fille sans aucune crainte vous tend la main comme le ferait un ami. Il est vraie, Mikono n'avait pas peur de moi, ni pitié, non loin de là, elle voulait juste une amie, qui pourrait la comprendre, qui pourrait l'aider à ce faire sa propre personnalité. Mais moi, je me suis rendue compte de tous cela bien trop tard. La guerre faisait rage, on c'était battu jusqu'à la fin ensemble, le duo parfait, ou le duo organique, voilà nos deux surnoms pour nous représenter. Moi, général en chef de trois troupe, elle, mon lieutenant. Il était clair que pour les ennemis, si ils voulaient gagner il fallait nous éliminer, elle et moi, sans aucune exception quoi qu'il arrive, nous étions beaucoup trop dangereuses.

Pour ma part, j'étais considéré comme dangereuse car j'étais une démone organique, des parties robotisés sans parler de mes deux auto-mails pouvant se transformer en deux sublimes mitrailleuses, capacité que j'ai perdu récemment. Pour Mikono, la raison était simple, elle était entièrement robotisée de la tête au pied, même cas pour son caractère et pensées. Des bras changeant de formes, des jambes avec lance rocket integre, pupille possédant une capacité de viseur, cheveux pouvant étranglernles ennemis, la bouche qui mitraillant les adversaires, la poitrinr provoquant des séismes à bchaque battement... Oui, Mikono était vraiment invincible, mais comme tous humain ou création vivante, on a un point faible, comme chaque être en ce bas monde, on peut mourir, on n'y échappé pas, c'est comme ça et pas autrement, on ne peut pas fuir la faucheuse toute sa vie, même si sur le terrain... Les faucheuses c'étaient elle et moi....

Cette, moi qui était sauvage, insociable et terriblement cruelle, elle seule avait réussi à trouver la clé de mon coeur, moi qui le croyait définitivement boucle à double tour dont la clé avait disparu au fin fond des tenebres. Mais je restais impassible, imperturbable, jamaisnun sourire n'apparaissait sur mes lèvres. C'est triste de dire ça, mais je n'ai pas eu le temps de lui dire, que je l'aimais plus que tout, et que je voulais pas la perdre, encore aujourd'hui je regrette de ne pas lui avoir dit. Quand je repense à tous ce qu'elle faisait pour moi, pour me changer, me rendre heureuse malgré la bataille qui faisait rage, malgré le sang qui ruisselait sur ma peau, les cris me rendant folle de plaisir, les corps s'ecroulant a mes pieds pour que je puisse leur cracher dessus par la suite, malgré le monstre que j'étais, aux ses yeux j'étais son amie, moi, la démone destructrice, elle m'aimait. Et malheureusement, en me protegeant, elle perdit la vie. qui aurait cru que de simples balles, a force de combattre, elle s'endommagerait, elle me quitterait ? Je me souviens trop bien de cette scène...

De la fumée, des cris, du sang, des explosions.... La fin était proche, on pouvait gagner, on approchait du but. Enfin, j'allais pouvoir vivre tranquillement avec Mikono, comme je le rêvais sans jamais lui avoir dit. Elle allait pouvoir réaliser son rêve, vivre dans un pensionnat pour des gens comme nous, toutes les deux, ensemble. Mais comme je l'ai dis, quand la faucheuse vous a en vue, elle n'attendra pas que vous soyez heureuse, non... Elle vous tuera sans faire de pitié ni de compassion pour des êtres misérables comme moi. Ainsi, lorsque j'étais à terre, dans un état critique, ne pouvait plus bouger ayant les os de mes jambes brisés... Le camp adverse allait me tuer, déjà une balle venait droit sur moi et j'avais peur, peur de mourir sans avoir connu le bonheur. Tous mes moments merveilleux passés avec Mikono défilaient. Puis, dans une multitude de coup de feu, la belle aux cheveux noirs et yeux roses c'était mise là, devant moi, se laissant fusiller de toute part tous en tuant le camps ennemi d'un coup de grenade qui ne l'épargna pas non plus. Et là... Son corps tomba, devant mes yeux...

À ce moment, j'avais force sur mes bras à moitié décrochés pour ramper à ses cotés, la pauvre était devenue inutilisable, elle ne pouvait plus bouger, elle était cassée, bientôt elle allait s'éteindre. On pouvait pour tant la sauvé, les scientifiques auraient pu le faire ! Mais, si ils la réparaient, de toute façon elle ne pourrait plus se battre. Alors autant s'en débarrasser. Sa peau commençait à craqueler, une sorte de compte a rebours apparaissait sur sa poitrine, elle allait être dissoute, éliminée. Alors que son corps partait petit à petit dans plein de petites lumière douces et apaisantes, elle souriait, essuyant de sa main faible et tremblante les larmes qui coulaient de mes joues, larmes que je ne pensais plus jamais sentir sur ma peau de glace. Elle était si douce, elle ne voulait pas partir, non, jamais elle aurait voulu partir comme ça, me laissant seule derrière elle. Et moi non plus, je ne voulais pas qu'elle parte. Je pleurais silencieusement, sans que mon visage change d'expression pour autant. Du moins, je... Je souriais à ses dernières secondes, pour lui montrer tous le bonheur qu'elle m'avait donné.

- Adieu Sayotomi...
- Non, aurevoir... Je vais te faire revenir ! Alors par pitié, n'abandonne pas et attend moi, je te ferais revenir au près de moi je te le jure...
- Dans ce cas j'attendrai... Mais sois heureuse... Je veux te voir sourire... De là haut.


Et elle parta, d'un coup final, les lumières s'enfuyaient dans le ciel. Mon amie venait de mourir sous mes yeux, sans rien pouvoir faire. Mon visage se dégrada, et mes hurlements de colère et de désespoirs venaient s'attire les ennemis. C'est à ce moment, que la lune devenant rouge, et le démon qui sommeille en mois, se retrouvait elle même refroidit par la peur que je lui faisais ressentir. Pour la premier fois, en quelques secondes, j'avais repeins le sol, le sang giclait et décorait la blancheur de mes cheveux, les corps se brisant, les cris de terreurs qui retentissaient dans ma tête... Un pur moment de joie, de rage et de folie. J'avais perdu toute raison de vivre, toute raison de voir le monde comme quelque chose de bénéfique de merveilleux... Comment vouloir vivre, sans la seule personne qu'on aimait, vouloir vivre seule, en possédant un sentiment atroce de culpabilité ? Et pourtant, je suis belle et bien vivante... Aujourd'hui, en ville, à marcher sous la pluie sans aucun but et sans aucun une volonté.

Je marche, ne sachant plus quoi faire, le regard detruit, le coeur serré, mais je ne pleure pas, pourtant la tristesse me devore, mes cernes sont de chaque jours de plus en plus grand. Lorsque je vois, une petite bête au milieu de la route, une petite boule de poil noire, qui ne bouge plus. Elle est morte ? Non, elle bouge légèrement et ouvre ses petits yeux, roses... Une réincarnation de Mikono presque. Je la regarde longuement, tous comme elle qui me fixe. Un chat, c'est un chat. Un chaton plutôt, pourquoi il reste au milieu de la route ? Pourquoi personne ne l'aide ? Parce qu'il est différent, premièrement, les chats noir sont soit disant maudits, deuxièmement, il a les yeux roses ce qui n'est pas normale, et troisiement, il est terriblement mignon ! Tellement que j'en rougis. Mais il n'a pas l'air en forme. Alors que je m'apprête à le récupérer en me tournant vers le chat, une voiture arrive à toute vitesse l J'ecarquille les yeux et panique. Le chat ! Il va écrasé le chat !

- Attention ! Le chat !

Je me précipite sur la route pour attraper le chaton, alors que la voiture n'est même plus qu'à quelques centimètres de nous... J'entend les pneus grincés, les gens hurler, le chaton ferme les yeux et mon regard tremble. On entend alors un bruit de choc impressionant, et mon corps vol cinq mètres plus loin en serrant le chat contre moi avant de m'écraser au sol, le choc est dur, j'entend mes cotes craqués, et je ne bouge plus. Le chauffeur ouvre sa portière et me regarde avant de prendre peur et de fuir en faisant demi-tour en panique. Alors que tous me regarde, personne n'approche, car ils ont vu ma queue de démon, et les gens n'aiment pas les démons. Pourquoi ? Les rumeurs, légendes et histoires nous concernant sont loin d'être positives, et c'est vraie, ma race vient du fin fond des ténèbres après tous. J'ai mal, mais j'ai connu pire, bien pire. Je sens du sang couler sur la partie droite de mon visage, et des égratignure s ou brulures sur plusieurs endroit. Après quelques toussotement, je parviens à me relever sous la terreur des civils. Je boite, cherchant la route pour rentrer. Avec le petit chat dans mes bras qui ne cesse de miauler, j'ai l'impression d'entendre Mikono... "Tu vas bien ?! Hey ça va t'es sûre !?".

Alors que je marche comme je peux, le souffle court et des douleurs, je remarque alors que du sang coule sur mes bras, c'est a ce moment que je vois que le chaton n'a que trois pattes. Mon regard se fait inquiet, et même mes sourcils bougent. Je me met à courir comme une dingue vers l'etablissement que je vois au loin, en laissant des gouttes de sang appartenant au chaton et à moi. Mes cotes me font terriblement mal, et le sang qui coule sur mon visage me gêne sans parler de mes auto mails sont à deux doigts de lâcher, puisque je me suis protéger moi et le chat avec, si c'était de la mauvaise qualité, même pour un démon, il serait mort sous le choc. Tous me regarde, je suis trempée avec de multitudes taches rouge sur le corps et court à toute vitesse vers le toit. Pon cerfeuil est très lourd et ne m'aide pas à monter.

En vérité, le cerceuil aussi m'a protéger, du moins 'aurait pu ! J'avais trois solution, soit moi, le cerceuil ou le chat. J'arrive sur le toit et pose mon cerceuil par terre d'une main pour fouiller dans la cale du couvercle et sortir de quoi remplacer la patte du chat. Sauf qu'il a perdu trop de sang, je remet le cerceuil sur mon dos et tient dans la bouche le matériel pour foncer a l'infirmerie, sauf que sur ma route, je me cogne brusquement à quelqu'un... Me Edelstein. Je tombe au sol en crachant mon matériel et serrant le chat puis relève a tête. Mon regard montre vraiment la panique tandis qu'un fil de sang coule de ma bouche. J'ai atrocement mal, mais cette petite boule de poil passe avant moi ! Je dois la protéger ! Il mérite de vivre ce chaton...

- Pardon ! Mais jedois sauver ce chat je n'ai pas regardé devant moi l




© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Mar 25 Mar - 13:37

Roderich Edelstein
Aristocrat Austrian Admin
avatar
Race : Nation

Messages : 100
Rubis : 235
Date d'inscription : 04/02/2014
Localisation : Derrière mon piano, imbéciles.
Aristocrat Austrian Admin



Allons.


"Le corps guérit des blessures. L'âme en garde les traces. Pour toujours"






Il se permit de la détailler du regard. Elle avait toujours son habituel cerceuil sur lequel il ne s'était jamais attardé ou même interrogé. Chacun son histoire, chacun ses soucis. Mais la il lui était encombrant car elle portait un petit animal blessé, étant elle même en mauvais état. Roderich fronça les sourcils encore plus à la vue de cela et se retint de lui faire des remarques. Il baissa les yeux vers la petite créature. L'autrichien avait eu déja bon nombre d'animaux, beaucoups de chevaux notamment, il avait apprivoisé des aigles et eu des chiens. Peu de chats mais il appréciait bien les chats. Toujours si froid et strict il lui dit d'un ton tranchant.

- Vous avez de quoi bander sa plaie pur eviter que le sang ne s'ecoule trop ? Vous avez de quoi desinfecter ? Je vous accompagne jusqu'a l'infirmerie. Puis je vous aider a porter quelque chose ?

Il se sentait responable et n'allait pas commencer a la disputer alors que soigner le chat et elle même était urgent. Il allait les accompagner pour vérifie que les soins étaient bien prodigués. Ne connaissant pas les infirmiers, mais sachant comment soigner les blessures a force de participer aux guerres, il preferait arder un oeil sur tout cela. ainsi, une fois que l'animal serait sauf il aurait tout le loisir de parler a Sayotomi de sees absences répétées. Pas que ca le derange, mais il y avait sans doute une raison derrière tout cela, et il comptait bien faire en sorte que cela ne se reproduise pas a l'avenir. Il prit le cerceuil avec précaution dans le but de l'aider. Le cerceuil sembalit plein, mais le professeur était délicat et faisant en sorte de ne pas secouer son contenu. Il n'avait pas les dimensions d'une personnne adulte alors pour lui c'était plus ou moins comme porter ses skis. Il la laissa passer devant sans rien dire, gardant une atitutude altière et peu avenante.

Il restait imperméable a leur souffrance sans chercher a savoir ce qui s'était réelement passé. Il ne voulait juste pas de soucis et ne voulait pas que l'animal ait a souffrir injustement. La jeune fille, elle, il verrait si elle avait sa condescendance ou non. Pour l'heure il n'était pas determiné a se montrer sous un jour agréable, ayant passé une journée des plus chargées. Donc sans un mot, ajouté, il avancait, precautionneux, attendant les instructions de la jeune fille concernant l'animal. Il n'avait pas de quoi le bander ni le desinfecter, aussi il attendait qu'elle se manifeste. Et il obervait surtout...

Elle avait craché du sang, ses cheveux blancs étaient en bataille. et son corps était meurtri. Elle avait beau posseder une queue de démon, l'homme aux yeux d'améthyste ne la voyait pas autrement qu'une fillette blessée. Son regard n'était pas accusateur, il mettait juste de la distance, comme il avait toujours mis de la distance avec tout le monde hormis Elizaveta... Et le jeune garcon dont il s'occupait jadis. Il n'avait plus rit depuis longtemps et ce n'est sans doute pas ici qu'il comptait s'ouvrir de nouveau....




Dernière édition par Roderich Edelstein le Ven 28 Mar - 9:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Mer 26 Mar - 16:42

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀



Souvenir et chaton.


✘ Sayotomi  ✘  Roderich ✘



Je me retrouve dans un situation délicate, le professeur se trouvant face à moi, et me detaillant du regard. Si il veut m'engueuler, me sermonner ou autre, je m'en fiche et l'ignorerai... Je pense que la santé de cette petite merveille est bien plus importante. Il fronce les sourcils... Vas y gueule, fais le si ça te fais plaisir. Moi je ne vais pas faire attention à tes remarques. Tu ne me préoccupe pas, et ton boulot de professeur non plus. Chacun a ses préoccupations, ses problèmes et ses avis. Et ayant les miens, quoi qu'il dise ma préoccupation c'est le chat et non mes leçons. D'ailleurs, je me demande si c'est vraiment un chat... On voit mal à quoi il ressemble dans cet état...

- Vous avez de quoi bander sa plaie pur eviter que le sang ne s'ecoule trop ? Vous avez de quoi desinfecter ? Je vous accompagne jusqu'a l'infirmerie. Puis je vous aider a porter quelque chose ?
- Ça ira... Mais ne perdons pas de temps

Je me redresse en tenant fermement la petite chose. Le professeur prend le cerceuil, a ce moment, mon corps s'immobilise, mon regard ce fait très très froid, et ma voix ainsi que ma respiration étaient devenues bien plus menaçante, même sauvage. Pourtant, je pensais que tous le savait, il ne faut pas toucher mon cerfeuil, là il me le prend carrément pour le porter... Il compte se barrer en courant avec !? Si c'est le cas je vais lui trancher la tête avec mes propres mains. Je vais le... Non, je dois me retenir... Sinon je vais finir dehors, et ce n'est pas mon but, Je pose ma main sur une de ces épaules et serre un peu fort involontairement.. Je ne vais pas le frapper, mais lui faire comprendre avec froideur qu'il ne faut pas le toucher.

- S'il vous plait... Rendez le moi...

Ce n'est pas qu'une boite, contenant un mort qui ne risque polusrien... Il contient mon amie la plus chère au monde, ma seule et dernière raison de vivre. Une égratignure sur ce cerceuil qui est cette d'une soliditée incroyable, et je tue le coupable sans aucun regret. Émilie l'a juste frôlée, et elle en a perdu un oeil, ou récolté une jolie cicatrice. Je veux bien me contenir, mais j'ai mes limites, et Mikono est le tabou, la faute irréparable. Je respire fort, serre de plus en plus fort sans le vouloir avant de desserrer, remettant mes idées en places en secouant ma tête et en mordant ma lèvre inferieure. Calme Sayotomi... Tu dois rester calme pour tenir ta promesse, ne gache pas tous.


- S'il vous plait...





© [size=48]Fiche par Ethylen sur Libre Graph'[/size]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Ven 28 Mar - 13:02

Roderich Edelstein
Aristocrat Austrian Admin
avatar
Race : Nation

Messages : 100
Rubis : 235
Date d'inscription : 04/02/2014
Localisation : Derrière mon piano, imbéciles.
Aristocrat Austrian Admin



Face à Face.


"Le corps guérit des blessures. L'âme en garde les traces. Pour toujours"






Elle n'eut pas besoin de le répéter ni de le blesser qu'il avait déja commencé a poser le cerceuil a terre pour ne plus y toucher. Elle avait beau être blessée elle en gardait néamoins une sacrée poigne. Son air froid et intransigeant n'influa en rien la mentalité et les actions du professeur, il auarait suffit qu'elle le demande une fois, il désirait juste aider pour que cela aille plus vite. Une fois le cerceuil posé au sol, il n'y toucha plus et recula d'un pas pour marquer sa resolution a ne plus s'en approcher. Il respectait les souvenirs des gens ou les objets contenant ces souvenirs, lui même aurait été furieux qu'on abime son piano. Mais il fallait aller vite sinon l'animal allait mourir dans ses bras et il n'avait pas envie de voir qu'elle s'était risquée pour rien. Ses blessures temoignaient que d'une manière oou du n'autre le sauvetage n'avait pas été aisé.

Des pas se firent entendre dans le couloir derrière. C'était une jeune infirmière, jolie avec un visage de poupée de procelaine qui avait suivi les abondantes traces de sang que laissait le jeune animal. Elle semblait être inquiete et son abondante poitrine bougeait au rythme de sa course. Elle se plaça à leur hauteur, reprenant son souffle et eut a affronté le regard glacé du professeur. Elle écarquilla les yeux en voyant le petit animal dans les bras de Sayotomi.

- Il faut s'en occuper de toute urgence ! Désolé, je vais l'amener à l'infirmerie tu pourra le récupérer apres.

Elle essaya de sourire a Sayotomi mais se faisait du souci pour l'animal et le récupéra. L'infirmière regarda le professeur cherchant son approbation.

- Avez vous de quoi soigner des blessures ? Bandages et désinfectant au moins...

- Ha heu oui monsieur Edelstein. Vous permettez que j'emmene ce pauvre chiot a l'infirmerie ?


Elle lui donna ce qu'elle avait pour les blessures et il haussa un sourcil. Chiot ? Il le regarda et vit qu'en effet c'était un petit chien et non pas un chat, et que d'ailleurs cela n'avait rien d'un chat. Il soupira.

- J'ignore par quelle sombre raison je pourrais empêcher de porter secours a un animal innocent...

L'infirmiere allait s'incliner mais pencha juste la tete pour ne pas secouer le chiot et s'en alla, l'animal dans les bras. Désormais Roderich et Sayotomi étaient seuls dans le couloir. Il remit ce que lui avait donné l'infirmière entre les mains vides de la démone.

- Soignez vous. Puis je savoir ce qui vous faisait fuir mes cours ? Ce n'est pas un reproche mais je n'ai guere l'impression de vous avoir fait quoi que ce soit de déplacé.

Son regard n'avait plus effleuré le cercueil depuis qu'il l'avait laché. Il était presque honteux d'avoir pris une telle relique mais n'en montrait rien. Altier, toujours. Il n'attendait pas qu'elle se soigne devant lui mais aurait préféré qu'elle le fasse. Au moins ainsi il serait sur qu'il n'y avait pas trop de problèmes liés a ses blessures. Distant oui, irresponsable non. Il était bien plus grand qu'elle et la toisait de toute ca hauteur ce qui était loin de faire amical et d'engager les gens a se confier. Mais il ne lacherait pas si facilement l'affaire. il mettait beaucoup de cœur a faire ses cours et y passait du temps, c'était bien pour que ca serve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Lun 31 Mar - 16:28

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀



Justification ?


✘ Sayotomi  ✘  Roderich ✘



Il pose alors avec précaution mon précieux cerfeuil, doucement et lentement, comme le ferait un soldat posant son arme au sol pour montrer qu'il est des n'autre. Ferait il ça pour me mettre en confiance ? Ou juste pas peur que je l'attaque ? Force et violence... Oui, c'est vraie que ces deux mots me qualifie bien, je l'admet. Mais de là à faire faire peur à un professeur ? Je me fais peut être simplement des idées... Je suis tellement habitué à qu'on se méfie de moi, qu'on est peur de moi. Pourtant, Mr Edelstein est un professeur qui ne se laisse pas du tous intimidé... Alors je ne pense pas que face à moi ça soit le cas. D'autant plus que c'est un adulte.

Je reste plongé dans ma réflexion lorsque que des bruits de pas me font cligner des yeux et regarder au loin. Une femme, marchant assez vite se dirige vers nous. Une femme belle et sûrement très douce, avec une... forte poitrine oui.... Je regarde la petite boule de poil, je suis toute sale avec tous ce sang... Ce n'est pas grave, j'ai connu bien pire que ça. Ce n'est pas pour un peu de sang que je vais en faire tous un plat. Le sang est aussi une arme pour moi, et un point faible, donc je dois faire un minimum attention... Bref, la femme approche toujours plus et affronte le regard froid du professeur. Pourtant devant une si belle femme on ne reste pas froid comme ça, à moins de vouloir resté celibataire toute sa vie. C"est lui qui voit.

- Il faut s'en occuper de toute urgence ! Désolé, je vais l'amener à l'infirmerie tu pourra le récupérer apres.
- Avez vous de quoi soigner des blessures ? Bandages et désinfectant au moins...
- Ha heu oui monsieur Edelstein. Vous permettez que j'emmene ce pauvre chiot a l'infirmerie ?

- J'ignore par quelle sombre raison je pourrais empêcher de porter secours a un animal innocent...

Je ne suis pas la conversation en vérité, jusqu'au moment ou elle m'avait prit le soit disant chiot des bras. A ce moment j'ai tendu le bras pour le récupérer, mais la femme c"était retournée pour donner des trucs au professeur pour ensuite filer à toutes jambes. Je reste là, la main tendu vers l'infirmière qui s'éloigne. Le petit chiot... J'aurai pu m'en occupé... Je baisse la tête et ramène ma main en fermant doucement le poing. Une fois de plus, je ne sauve personne. Je sens des choses dans mesnmains, le professeur y dépose le matériel de soin... Je n'en ai pas besoin, de soin, ce ne sont que quelques égratignures... Mais si je reste comme cela, le professeur risque de subir les dégâts en prenant ma responsabilité.

- Soignez vous. Puis je savoir ce qui vous faisait fuir mes cours ? Ce n'est pas un reproche mais je n'ai guere l'impression de vous avoir fait quoi que ce soit de déplacé.


Je le regarde dans les yeux longuement, puis entame mes soins en desinfectant les plaies. Je retire mon haut pour laisser place a ma brassière sans aucune gêne. Un bleue énorme regvne au niveau de mes cotes et plusieurs hématomes ainsi que de plaies ouvertes accompagnent celui ci. Je désinfecte et place des bandage comme je peux, effleurer mes blessures n'est pas indolore même si je suis une démone. Puisque je ne possède pas de régénération, mon système de défense équivaut celui d'un humain mais en un peu plus résistant, c'est cette petite différence qui m'a permis de survivre après un choc aussi puissant lorsque j'ai percuté la voiture de plein fouet, mais je ne regrette rien, le chiot est sauvé alors blessée ou non m'importe peu. Je continue mes soins puis redirige mon regard vers le professeur.

- Tu me crois capables de sécher les cours avec de bonnes notes comme les miennes ? Ça serait stupide de secher juste pour sécher, et en aucun cas c'est toi qui me fait fuir...  Je ne peux plus me présenter en cours pour le moment, c'est tous. Tu préfères que je te tutoie ?

Oui, je le tutoie. Ce n'est qu'un profeseur en dehors de sa salle de classe. Il est donc dans la même position que moi dorénavant... Mais si il me le demande, je le vouvoierais. De plus, il a touché mon cerfeuil, donc je ne respecte encore moins...


© [size=48]Fiche par Ethylen sur Libre Graph'[/size]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Mar 1 Avr - 12:02

Roderich Edelstein
Aristocrat Austrian Admin
avatar
Race : Nation

Messages : 100
Rubis : 235
Date d'inscription : 04/02/2014
Localisation : Derrière mon piano, imbéciles.
Aristocrat Austrian Admin



Decrescendo


"Le corps guérit des blessures. L'âme en garde les traces. Pour toujours"






Aucun mot de sa part concernant la remise en bonne et due forme du cerceuil. Il se mordit legerment la levre de déception. Son entorse a la bonne ethique n'avais pas été pardonné, pire encore elle le prenait de haut maintenant. Au fond il ne pouvais pas savoir que cela lui importait tellement mais il voyait cela comme un manquement aux bonnes manières de sa part et commença a s'en vouloir. Rien n'en paraissait sur son visage, tout s'accumulait au fond de lui, doucement. Pis encore elle le tutoya avec une attitude précisant tout son mépris. Il n'avait rien contre le tutoyement du moment que celui ci n'étais pas formulé dans un tel objectif. Mais il était rassuré par la perpective qu'elle se soigne ce qui calmait quelque peu le mécontentement qu'il commencait a accumuler. Sa réponse ne le satisfaisait pas mais il ne désirait pas entrer dans la vie des élèves, lui même avait ses propres secrets il ne voit pas pourquoi il irait déranger les autres mais était quand même un peu contrarié.

Sous pretexte qu'elle avait de bons resultats elle considérait ses absences comme pas grave a ce qu'il paraissait. Elle ne savais pas que le vieux professeur tenait a ce que ses eleves viennent assister aux cours qu'ils mettait tant de temps a préparer. Pas seulement au niveau du contenu mais aussi de la forme. Il mettait beaucoup d'energie lors de ses explications. Beaucoup plus d'enrgie qu'il n'en avait à depenser. Les années pesaient sur son vieux corps mais il tentait de s'entretenir car c'est le manque d'activité pendant une certaine période qui l'avait rendu ainsi. Sauf qu'a ce moment la il était extenué et ne pensait qu'a retourner se reposer. Il detourna les yeux lorsque la demone en enleva son hau, géné. Il voulait a tout prix rester fidele à Elizaveta bien qu'ils soient aujourd'hui divorcés et de ne regarder aucune autre femme, fusse t'elle aussi jeune d'apparence que Sayotomi.

- Si je vous demande la raison de votre absence c'est bien parce que je me doutait que vous ne vous étiez pas absenté pour rien mais c'est aussi le rôle des professeurs de savoir aider les eleves en cas de problemes. Je ne m'integrerais pas dans votre vie, si vous ne voulez rien dire ne dites rien mais si raconter peut vous aider je vous promets de ne pas poser de questions et de garder ce que vous m'aurez dit pour moi. Je me faisais du souci pour vous. Tutoyez moi si vous le desirez je n'y vois aucun inconvenient mais epargnez moi cet air méprisant...

Il savait très bien ou était sa place dans cette école. Il savait que la majorité des élèves pouvaient facilement rivaliser avec son propre niveau et même aisement le dépasser. Ses seuls benefices étaient les égards que certains prenaient devant sa condition de professeur et son immortalité. Il ne craignait personne ici mais prenait bien gare a ne pas s'attirer les foudres des autres. Pour rien au monde il n'aurait tutoyé qui que ce soit mais laissait faire les autres. Il gardait ses distances et ses manières. En cet instant, peut etre était ce du a la faible luminosité du couloir et a la fatigue il paraissait un peu plus vieux. Son regard violet était terni. L'autrichien semblait néamoins calme...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Mar 1 Avr - 15:43

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀



Justification ?


✘ Sayotomi  ✘  Roderich ✘



Il détourne le regard lorsque que je retire mon haut, y'a pourtant rien a voir avec ma brassière, d'autant plus que je suis plate comme une limande, enfin! J'ai un peu de poitrine mais voilà quoi... D'autant plus que je parais jeune, car après tous mon sommeil dans mon glaçon a coupé ma croissance. Alors que j'ai 1017 ans, foutage de gueule hein ? Et pourtant non, je me demande même si je ne suis pas plus vieille que lui. Y'a des chances, beaucoup de chances que ça soit le cas. Pourtant, il en sait beaucoup plus que moi sur énormément de domaine, j'en suis persuadée. Déjà rien qu'en Histoire Géographie il m'écrase...

- Si je vous demande la raison de votre absence c'est bien parce que je me doutait que vous ne vous étiez pas absenté pour rien mais c'est aussi le rôle des professeurs de savoir aider les eleves en cas de problemes. Je ne m'integrerais pas dans votre vie, si vous ne voulez rien dire ne dites rien mais si raconter peut vous aider je vous promets de ne pas poser de questions et de garder ce que vous m'aurez dit pour moi. Je me faisais du souci pour vous. Tutoyez moi si vous le desirez je n'y vois aucun inconvenient mais epargnez moi cet air méprisant...

Ces paroles m'ont l'air honnête, j'ecarquille les yeux et échappé un sourit invisible intérieurement. C'est... Touchant et inhabituel qu'on s'interesse ou se soucie de mes études. M'aider ? Je crois que j'aimerais, oui, j'aimerais énormément un peu d'aide... Mais est ce une bonne idée ? C'est sur que je suis quelqu'un de renfermer, qui ne parle pas, qui reste dans son coin à l'ombre en attendant un peu de compagnie qui ne dura pas pour faire passer le temps. Je répond quoi alors ? Oui... Ou non ?

- Je... Excusez moi de mon comportement.

Voilà, je me calme direct, touchée par le peu d'attention qu'on m'offre. Je baisse la tête vers le sol, tous en gardant mon air impassible. Près avoir fini mes soins, je replace mon cerceuil sur mon dos malgré mes bleus sur mes homoplates. Ma queue métallique ne bouge pas. Même pire, son métal s'effrite et finit par laisser tombé les plaques protegeant ma queue. Ma queue de démon blanche est enfin devoilée. Je regarde les bouts au sol et soupire sans pour autant changer d'émotion. Je redirige mon regard vers les yeux du professeur. Ma queue de metal faisait croire a beaucoup que c"était un accessoire, aujourd'hui ma race est dévoilée pour de bon pour le peu d'élèves présent... Ça va vite tourner et faire un joli ragot encore.

- Comme vous pouvez le constater, je suis une démone. Récemment j'ai eu une crise de folie destructrice. Depuis je ne retourne pas en cours pour la sécurité de tous...



© [size=48]Fiche par Ethylen sur Libre Graph'[/size]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Ven 4 Avr - 12:34

Roderich Edelstein
Aristocrat Austrian Admin
avatar
Race : Nation

Messages : 100
Rubis : 235
Date d'inscription : 04/02/2014
Localisation : Derrière mon piano, imbéciles.
Aristocrat Austrian Admin



Acceptation


"Le corps guérit des blessures. L'âme en garde les traces. Pour toujours"






Il écouta ses excuses et en fut satisfait. Le rapport hierarchique s'établissait de nouveau et cette position convenait à l'aristocrate qui s'y sentait bien plus a l'aise pour faire preuve d'egards et de condescendance. Il planta ses iris d'améthyste dans ceux de topaze de la jeune fille pour en apprecier la sansibilité. Beaucoup de gens parlent plus par leur regard que par les mots. Il ne la lisait pas mais son expérience de la vie lui donnait des pistes sur ce qu'il y voyait. Une souffrance pas encore eteinte qui prenait echo avec la sienne. Deux coeurs troublés et renfermés qui pulsaient à l'unisson leur douleur.

Il ecouta avec attentions ses explications et fronça les sourcils songeur. Il avait remarqué avec sa queue le fait qu'elle soit une démone et avec ou sans le métal cela ne constituait aucune différence pour lui. Roderich savait que beaucoup ici n'étaient pas humains et lui même ne l'était pas vraiment. Cela ne le genait pas outre mesure et ne voyait pas en quoi cela pouvait etre derangeant d'être une créature ou une autre. D'autant qu'ici les élèves etaient censés pouvoir apprendre a controler leurs pouvoirs et ce qu'ils sont. C'est sur que ce n'était pas avec sa matière qu'il allait pouvoir leur apprendre a controler quoi que ce soit mais il trouvait son récit etrange. Sa crise n'avait pas pu etre endiguee par qui que ce soit ? Lui aurait sans doute pu...

- Je vois... Mais Je suis totalement en mesure de controler ce genre de choses. La folie d'un démon est certes redoutable sauf que sachez que le proviseur prend soin de ne recruter que des gens pouvant tenir une classe de créatures puissantes. Je vous encourage a venir malgré ce genre de soucis en vous assurant que je ne vous laisserais pas faire de mal a quiconque dans ma salle.

La musique adoucis les mœurs. Avec Roderich et son affinité avec le son cette phrase prenait tout son sens. Si il devait faire usage de son pouvoir c'est certes toute la classe qui tomberait endormie mais au reveil de tout ces gens l'animosité serai dissipée. De plus qui se doute qu'on puisse faire tel usage d'un violon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   Lun 7 Avr - 21:14

Sayotomi
Sexy lady - Élève ♀
avatar
Race : Esprit démoniaque

Messages : 249
Rubis : 379
Date d'inscription : 05/12/2013
Sexy lady - Élève ♀



Une indifférence ?


✘ Sayotomi  ✘  Roderich ✘



Le regard du professeur ne lâchait plus le mien. J'avais presque envie de détourner le regard, mais la beauté de ses yeux me retiennent de le faire. Il est vraie, le regard des autres me fascine, mais dans cet homme, son regard me paraissait... Semblable au mien ? Je le sentais remplit de souvenirs et de sentiments lourds a porté. Je ne peux plus détacher mon regard du sien. Si mon visage pouvait exprimer un sentiment, ça serait la tristesse. Ce sentiment se combinant avec la haine et la soif de vengeance. J'ai envie de savoir ce qu'il est... Un simple humain est imcapable de me comprendre et d'avoir un regard comme le notre.

Lorsqu'il fronce les sourcils, je prend peur. Lui aussi, n'aimerait donc pas les démons ? Ce froncement de sourcil signifie quoi ? Une peur ? Une haine ? Un dégoût ? Je ne peux pas le deviner, je ne lis pas dans les pensées. Mais j'ai comme l'impression que cette réaction ne vise pas spécialement ma race. Il serait donc différent des autres ? De tous ceux Qui me regarde de travers derrière mon masque ? Pour une fois... Je vais me faire accepter ? Pourquoi je me pose autant de question ? Je pense que je me fais de faux espoirs... Personne ne veut d'un démon, et en ore moins d'un démon comme moi.

- Je vois... Mais Je suis totalement en mesure de controler ce genre de choses. La folie d'un démon est certes redoutable sauf que sachez que le proviseur prend soin de ne recruter que des gens pouvant tenir une classe de créatures puissantes. Je vous encourage a venir malgré ce genre de soucis en vous assurant que je ne vous laisserais pas faire de mal a quiconque dans ma salle.

Je reste figée. Me controler ? Me canaliser ? Moi ?! Une meurtrière sans cesse en manque de sang !? C'est peut être possible... Mais ce qui m'alerte, c'est cette technique de sommeil... Il serait capable de me faire dormir ? Ça serait tellement bien. Mes nuits sont courtes, semées de cauchemars et de tromatimes. J'aimerai tellement dormir... Mais... Non ! Si je dors, j'ai peur de revoir tous ces jours horribles. Tous ce sang, ces cadavres, me meurtres ! Je ne sais pas... J'hésite. Je veux dormir, j'en rêve de faire une nuit complète et tranquille au près de Mikono sur mon toit, dehors...

- Je vous remercie. Il est vraie que je ne veux plus faire de blessés ou de morts n'étant pas sur ma liste... De plus, j'apprécie vos cours... Ça m'embête de ne plus y avoir accès.


© [size=48]Fiche par Ethylen sur Libre Graph'[/size]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Coeur de pierre, coeur de glace [Sayo ~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Corps de verre et coeur de pierre
» Cours N°1 - Coeur de pierre / Coeur de glace
» Coeur de pierre - Vinicia Rigborg & Lurco
» Une poigne de fer mais un coeur de pierre [PV Ares et Timothy Parker]
» Présentation de Coeur de Glace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: 1er Étage :: Couloirs-