Soyez le bienvenue parmi nous ! ♥️
H/Y/Y accepté à certaines conditions (cf règlement)
Forum RP - RPCB
Si vous avez des questions, n'hésitez pas !
NOUVEAU THÈME PROCHAINEMENT DISPONIBLE ! TENEZ VOUS PRÊTS !
N'oubliez pas de signer le règlement lors de votre inscription !
Votez pour nous pour que notre communauté s'agrandisse !
Pour ceux qui ont utilisé cette fiche de présentation, veuillez vite la modifier suite à un changement de codage ! Excusez pour la gène que cela peut faire sur les présentations actuelles ...
N'oubliez pas le jeu du loup garou ! http://kagaribi.forumactif.org/t227-les-loups-garous-de-thiercelieux
Un serveur Mumble a été ouvert rien que pour nous !! http://kagaribi.forumactif.org/t348-serveur-mumble-kagaribi#2823

Partagez | 
 

 Delicious, isn't it ? [pv Amaya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Delicious, isn't it ? [pv Amaya]   Mar 12 Aoû - 10:50

Roderich Edelstein
Aristocrat Austrian Admin
avatar
Race : Nation

Messages : 100
Rubis : 235
Date d'inscription : 04/02/2014
Localisation : Derrière mon piano, imbéciles.
Aristocrat Austrian Admin



Vorspiel


« Les choses les plus attendues arrivent souvent par surprise. »







Cette nuit la il s'était réveillé bien tôt. Trop tôt. Aux alentours de 3h du matin il avait emergé d'un sommeil agité, rythmé par le songe d'une reminiscence. La guerre civile qui l'avait marqué a une période faisait encore entendre en lui ses echos lointains. Lancinants. Pour une nation, une guerre civile est la plus terrible souffrance qui soit. La guerre civile autrichienne la plus marquante avait eu lieu il y a longtemps mais son rêve avait reproduit la teneur de l'évenement. Roderich ne parvenait point à oublier cette impression de se dissoudre ou bruler de l interieur, a en devenir fou, a en finir par essayer de s'infliger des coups pour tenter de faire cesser cela. 3h du matin donc. Le noble se prépara, tentant de ne point déranger ses collègues. Tant qu'a être reveillé sane parvenir à se rendormir il fallait bien qu'il ne reste point apathique. Il ouvrir la porte de sa chambre menant aux couloirs déserts. Le pensionnat dormait.

Roderich se plaisait à être ainsi seul, à profiter de ce silence bienfaisant apres le brouhaha de la cohue journalière. Il se dirigea directement vers le toit du pensionnat, son etui à violon en main. L'air de la nuit était frais, mais le ciel magnifique, dégagé, présentant ses étoiles comme autant de joyaux sur une nappe de velour noir de la vitrine d'un bijoutier. L'aristocrate ne l'aurait sans doute jamais admis mais il avait beson de se rassurer. Ordinairement dans ce genre de situations il s'installait au piano et jouait tout ce qui lui venait sans marquer d'interruption, jusqu'a ce qu'il soit vide d'inspiration. Mais ici, il devait partager sa chambre avec ses collègues, et ne pouvait donc point utiliser son Bosendorfer sans risquer de les reveiller.

Avec des gestes précis et soigneux, Roderich délivra son violon de son étui. L'autrichien récupéra également son archet et cala l'instrument comme il avait coutume de le faire. Il ferma les yeux et fit glisser l'archet sur les cordes pour en apprécier le son. Immédiatement apres, il se lança, tirant à l'instrument une plainte langoureuse, l'ambroisie sonore que seul le virtuose pouvait ammener à sa plus pure perfection.

Il joua jusqu'a l'aube, lorsque le ciel se teintait de rose. Admirant du toit le lever de soleil, le professeur d'histoire attendit la fin de ce spectacle, cette explosion de couleurs féeriques pour ranger son instrument. Le lever de soleil il avait pu l'admirer des milliers de milliards de fois mais lorsqu'il se présentait ainsi à lui en deployant sa magnificience il ne pouvait rester insensible et observait un silence religieux, imprégnant ses yeux de la symphonie visuelle de l'astre roi venant embraser le monde de ses rayons bienfaisants. Suite à cela il continua jusqu'a ce que dans la cour en contrebas se fassent entendre les premieres voix du peuple habitant l'établissement. Roderich ne supportait pas le bruit, enfin du moins les bruits de foules. Parfois, les tirs de son infanterie l'avaient moins dérangé que la rumeur d'une manifestation populaire. Le vieux avait l'ouie assez developpée, du moins possédait un appareil auditif capable de detecter la hauteur de n'importe quelle note.

Le professeur rangea ses affaires et alla les remettre à sa chambre. Il se rappella qu'aujourd'hui était un jour de congé. Tant mieux, il allait pouvoir appeller Ludwig en toute quiétude. L'allemand était bien l'une des seules personnes a qui il accordait une confiance totale et savait pouvoir appeller n'importe quand. Ce n'était pas son frère pour rien. Pour ce qui était de ses autres frères il était un peu plus sur la reserve avec eux. La seule autre personne de qui il etait aussi proche était incontestablement son ex femme, Elisaveta. Enfin pour l'heure il commençait à avoir faim, après tout il n'avait prendre de petit deujeuner.

Apres avoir déposé l'étui à violon il se dirigea vers la cantine, plus précisément vers les cuisines. Sieur Edelstein avait des gouts de luxe et n'appréciait pas ce que les cuisiniers servaient. Bon à vrai dire il s'enorgeuillissait de ses propres patisseries, a tel point qu'il fallait être meilleur que lui pour qu'il daigne accepter de manger ce que quelqu'un d'autre faisait. Ou bien il mangeait par courtoisie ou quand il n'avait point d'autre choix. Lorsqu'il entra les regards se tournèrent vers lui immédiatement. Ce n'était guère pour son apparence apprétée mais bien pour le caractère ombrageux qu'on lui attribuait volontiers. Lui,ignorant cette "plèbe" sortit les ingrédients tranquillement et s'attella à la confection de patisseries ainsi que de petites viennoiseries. Consciencieux, ce qu'il préparait était aussi agréable à l'oeil qu'au palais et leur vue faisait plus surement venir la salive que quelqu'autre plat préparé ordinairement dans cette même cuisine. Sa veste était posée sur une chaise et les manches de sa chemise étaient remontées jusqu'aux coudes, tandis qu'il construisait ses petits monumements de gastronomie, son regard améthyste rivé sur son ouvrage...


© Kanji

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Delicious, isn't it ? [pv Amaya]   Lun 18 Aoû - 17:06

Amaya Fumiko
Professeur ♝
avatar
Messages : 18
Rubis : 40
Date d'inscription : 02/07/2013
Localisation : Dans sa salle de cours ou bien dans une pâtisserie , ça dépend
Professeur ♝



Quand la faim vous harcèle...


Amaya dormait d'un lourd sommeil de plombs, rêvant de gâteaux et pâtisseries diverses quand IL s'incrusta, son réveil la sortit de son paradis de gâteaux, de bonbons et de douceurs sucrés en tout genre. Après un léger grognement qu'on n'aurais pas cru possible sans être un dragon, elle l'éteignit et se leva doucement, s'étirant le plus possible pour tenter de sortir des dernière limbes de son esprit endormi... Cela fait, elle entreprit de ce préparer en se demandant ce que il aurait de bon à manger à la cuisine. En lisant cela, on pourrait croire que ce n'est qu'un ventre mais c'est faux, je vous rappelle qu'avant tout, Amaya est un ange gourmand et que comme sûrement pleins de personnes de ce monde quand on se lèvent, on as faim ! Et bien avec Maya, c'est pareil... En plus important.
Ouais en fait, c'est aussi pas mal un ventre... Quoiqu'il en soit, elle finit d'arranger son nœud de sa main droite en cherchant de sa main gauche, dans un paquet d'immense sucettes, sa préférée : violette et rose. Sucette qu'elle ouvrit et commença sur le chemin de la cantine, espérant que les dames la laisseraient rentrer aujourd'hui. La dernière fois, elles l'avaient trouver avec une grosse part du gâteaux prévu pour la fête du soif entre-elles, dans une assiette, à moitié commencé... Et visiblement, le "délicieux", ne l'ai avaient qu'à moitié adouci car la demoiselle avait dû acheter plus de gâteaux que de d'habitude pour compenser de son "interdiction" de cantine... Elle rentra dans la cantine, son ventre émettant un léger grognement de faim.

Mais alors que Amaya passer devant la cuisine, un plateau composé uniquement de sucré dans les mains, une douce odeur lui chatouilla les narines, attirer comme une guêpe par du miel, elle déposa son plateau sur une table et pénétra dans l'endroit qui lui était d'habitude interdit. Ce fut à ce moment qu'elle remarqua l'homme plutôt agréable physiquement qui cuisiner, si elle n'était pas un ange, elle aurait sûrement sortit une phrase cliché du genre : je suis au paradis.
Sans même chercher à ne pas faire de bruit, elle s'approcha, fixant les pâtisseries, les yeux brillant quelques peu d'envie : cela avait l'air si boon ~! Elle se planta devant le jeune homme, c'était un professeur si elle se souvenait bien, au caractère marquer si on écouter les racontars des autres professeurs. Aucunes idées de son nom ou de la matière qu'il enseigner... Décidée à goûter à ces chefs d'œuvre mais ne voulant pas passer pour une folle, elle croqua sur son immense sucette en rond avant de dire d'une voix tranquille, avec un léger sourire qu'on pourrait qualifier d'angélique sans paraître si étrange que cela...

- Bonjour, je m'appelle Amaya Fumiko, la professeur de français et de littérature~



Codage par Kuroki sur Epicode !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Delicious, isn't it ? [pv Amaya]   Mer 20 Aoû - 12:35

Roderich Edelstein
Aristocrat Austrian Admin
avatar
Race : Nation

Messages : 100
Rubis : 235
Date d'inscription : 04/02/2014
Localisation : Derrière mon piano, imbéciles.
Aristocrat Austrian Admin



Interet mitige.


« Les choses les plus attendues arrivent souvent par surprise. »







Roderich n'aimait pas cette cuisine, et s'il s'en servait c'était bien car il n'avait pas le choix. Il méprisait les cuisiniers, sans même chercher à savoir quoi que ce soit sur eux. Sans doute était ils comme la majeure partie des résidents de l'établissement des créatures fantasques douées de magie mais il n'en avait cure. Ce qu'ils préparaient n'était pas à son gout et cela suffisait pour les faire passer dans l'esprit du noble aigri de l'indifférence au mépris. Bien souvent, lors de sa pause l'autrichien n'avait guère d'autre choix que d'aller se restaurer à la cantine et dès lors il étalait la nourriture dans son assiette, prenant de petites quantitées et par conséquent mangeant très peu. Comme il n'aimait point avoir à gaspiller il finissait le peu qu'on lui donnait à sa demande, à contrecoeur. Ce détail mis à part, les bruits y régnant l'insupportaient. La cacophonie des ustensiles et des voix du personnel chargé de la restauration l'excedaient. Son oreille sensible ne percevaient que des sons disgratieux en ce lieu, aucune symphonie, aucune harmonie.

Comme l'on pourrait s'y attendrait le ressentiment que sieur Edelstein éprouvait à l'égard des cuisiners était largement réciproque. Ils ne pouvaient plus supporter l'arrogant professeur qui n'avait pas sa place ici. Bien que celui qui enseignait l'Histoire laissait souvent s'installer un lourd silence et faisait preuve d'un mutisme qui ne se brisait que lorsqu'il daignait leur répondre, son attitude horripilait le personnel chargé de la restauration. Son regard hautain et son maintien d'aristocrate engendraient souvent en réponse à son silence un concert de messes basses. Cette atmosphere pesante qui était coutumière lorsqu'il occupait les lieux fut brisée lorsque Roderich entendit s'ouvrir la porte de la cuisine. Il ne se retourna pas mais devinait que l'on s'approchait de lui. Un regard jeté en biais confirmait cette impression. Une curieuse jeune fille regardait avec intéret son travail. Sans doute une élève. Sans se détourner plus que cela de son ouvrage il entendit le grondement du personnel reprendre de plus belle et conjectura que la demoiselle n'était guère appréciée en ces lieux. Qu'importe.

A vrai dire il ne l'avait que brievement vue, occupé à peaufiner son art gustatif avant de mettre cela au four. Tout ce qu'il avait vraiment remarqué était sa très étrange coupe de cheveux, raide et striée de rose et de violet. Peut être portait elle un noeud, mais cela il ne l'avait qu'entrevu il n'en était pas sur. Le viel autrichien prit une pause lorsqu'il se retourna au son de la voix claire de la jeune fille. Son air avait tout d'angélique, et les oreilles du noble surent apprécier ce son léger, induibitablement féminin. Roderich essuya ses longues mains fines de pianiste lorsqu'il la considéra. Au final cela ne l'étonnait pas tant qu'elle soit professeur car il ne l'avait jamais vu durant ses cours. Bien sur, il la dominait par la taille mais il n'avait rien d'imposant. Notant sa fonction a enseigner le francais et la littérature, il se surprit à se demander si elle traitait des auteurs de langue Allemande ou si elle se cantonnait aux Français. Avant de lui donner réponse il mit rapidement ce qu'il préparait au four pour ensuite récupérer son alliance qu'il avait eu peur de souiller par son ouvrage. Il lui semblait que ne l'ayant jamais abordé auparavent sa collègue devait avoir plus grand interet pour sa cuisine que pour sa personne. Enfin, Roderich lui offrit une réponse, ses iris lavande croisant ceux de la jeune fille, de sa belle voix de baryton, qui aurait aussi bien pu être employée pour des opéras ou des lieder :

- Bien le bonjour, j'enseigne pour ma part l'histoire et la géographie et je suis Roderich Edelstein. Ravi de faire votre connaissance.


Il avait toujours son accent qui transparaissait légèrement, lui faisant rouler les r, ce qui pouvait être aussi bien comique que charmant. A coté de cela il paraissait impassible, toujours quelque peu distant et son intonation n'avait aucun chaleur. A vrai dire il était légèrement importuné. Pas assez pour en être réellement agacé, mais cette venue constituait un imprévu.

Au fond les cuisiniers se concertaient. Il le voyait du coin de l'oeil, ils préparaient quelque chose, ne voulant décidément pas se laisser faire de la sorte. Lorsque son attention se recentra sur son interlocutrice ce fut pour faire preuve de plus de galanterie. Apres tout, son éducation lui recommandait de se montrer courtois envers les représentant de la gente feminine, importuné ou pas. Il descendit les manches de sa chemise qu'il avait remonté pour ne pas tacher et ajouta, d'un ton se voulant moins dur, plus aimable :


- Si vous avez faim je vous prierais d'accepter les quelques douceurs que je viens à peine de disposer à cuire...


© Kanji

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Delicious, isn't it ? [pv Amaya]   Lun 25 Aoû - 10:36

Amaya F.
Invité
avatar



Quand la faim vous harcèle...


Amaya le regarda avec attention, pendant que le jeune homme aux yeux d'Améthyste nettoyer ses mains couvertes de farine, pendant qu'il enfourner ses délicieuses pâtisseries qui mériteraient qu'on les photographie avant de les déguster comme des fins mets rares. Ce fut à partir de la et uniquement après tout cela, qu'il daigna lui adresser la parole en de douces paroles polies à l'extrême, le ton était un peu sec, ce qui insinuer que elle le dérangeait quelques peu. Mais ce n'était sûrement pas ce genre de chose qui ferait reculer la jeune femme qui se contenta d'un sourire, croquant ensuite -à nouveau- dans sa sucette.
D'après ce qu'elle avait pu observer, le jeune homme n'était pas extrêmement apprécier dans cette endroit, curieuse malgré elle, Amaya aurait aimée savoir pourquoi, il n'avait pas l'air particulièrement gourmand et tout chez lui, inspirer le plus grand respect possible et -malgré le ton sans chaleur- il avait l'air de pouvoir être agréable à vivre et la femme avec qui il avait échanger ses vœux de fidélités en vue de son alliance, ne pouvait que être d'accord avec ça. Le professeur d'histoire et de géographie comme il l'avait dit plus tôt avec un léger accent que l'ange trouver élégant et ravissant, reprit d'un ton plus doux, lui proposant les beaux gâteaux qu'il venait de faire cuir. Le sourire de la jeune femme s'agrandit légèrement , elle allait finalement goûter à ces merveilles ? Quel joie.
Mais sa bonne conscience, tenace, lui rappela que le jeune homme l'avait sûrement fait à la base pour lui-même et que ce n'était sûrement pour ses beaux yeux ou son sourire, qu'il accepter de lui livrer ses merveilles sur un plateau pour la "reine" Amaya, première du nom, mange ! Peut-être même avait-il pitié d'elle ?

Une moue boudeuse apparut sur le fin visage de la jeune femme qui pesta intérieurement, croquant à nouveau sur sa sucette pendant qu'une délicieuse odeur sortait du four, attisant un peu plus la faim de l'ange qui réfléchit un long moment, ne sachant que répondre à cette délectable demande qui mériter au moins toute son attention... Finalement, elle reprit un large sourire, heureuse de son futur compromis :

- Ce serrait avec plaisir mais je serrais ingrate si j'oublierai que ses pâtisseries vous a la base destiné... Accepterez-vous de les partager dans ce cas ?



Codage par Kuroki sur Epicode !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Delicious, isn't it ? [pv Amaya]   Lun 25 Aoû - 20:20

Roderich Edelstein
Aristocrat Austrian Admin
avatar
Race : Nation

Messages : 100
Rubis : 235
Date d'inscription : 04/02/2014
Localisation : Derrière mon piano, imbéciles.
Aristocrat Austrian Admin



Gourmet's style

« Les choses les plus attendues arrivent souvent par surprise. »







S'accoutumant doucement à la présence de la jeune fille il se détendait d'autant. Tant qu'elle restait calme il la tolérait. Il faut dire que l'apparence juvénile de la demoiselle éveillait quelque peu l’instinct paternel du vieil autrichien. Pas de beaucoup, mais assez pour qu'il lui propose sans rechigner de partager son petit déjeuner. Tandis que cela cuisait il était resté face à elle. Au fond il avait du mal à réaliser qu'il avait en face de lui une autre professeur, mais en même temps, lui même  avait plus d'un millénaire et pourtant gardait une apparence de jeune homme fringuant. Simplement hors des nations, il avait parfois des difficultés à admettre totalement l'existence de créatures dépassant l'entendement humain. Bien que certaines ne lui fussent pas inconnues car faisant partie intégrante de son folklore, d'autres  lui semblait aberrantes.

Une moue apparut un instant sur le visage  de son interlocutrice avant de s'évaporer avec ses paroles. De toute manière il avait l'intention de partager. Sa générosité gardait des limites car elle se cantonnait ici à la courtoisie. Et à sa sainte horreur du gaspillage. Roderich doutait sérieusement pouvoir finir seul.  L'autrichien aimait simplement faire de grandes quantités, qu'il soit seul ou non. Enfin grandes, pour lui qui contrôlait tant la quantité de nourriture qu'il ingérait, était un mot exprimant d'autres proportions que celles qui sied habituellement. Gourmet et non gourmand. Là était la nuance. En général lorsqu'il faisait trop pour lui il conservait d'un jour sur l'autre jusqu'à ce qu'il ait intégralement terminé. Et tant pis pour le goût.

Il avait cessé de surveiller les cuisiniers et leur messes basses pour dire du ton qu'il avait employé de prime abord :


- Bien sur, mais vous verrez que je mange assez peu en définitive. Il en restera bien assez et cela me froisserait d'avoir à les conserver au réfrigérateur.


Au moins elle montrait qu'elle avait une éducation et des principes ce que l'aristocrate savait apprécier. Selon lui cela se faisait rare de nos jours. Il attendit quelque peu la fin de la cuisson. L'autrichien n'était pas pressé. Il ne vit simplement pas le couteau de cuisine fuser vers lui dangereusement avec une précision mortelle...

© Kanji
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Delicious, isn't it ? [pv Amaya]   Sam 20 Sep - 7:14

Amaya F.
Invité
avatar



Quand la faim vous harcèle...


Amaya l'écouta avec attention, estimant que parler avec ce jeune homme était tout ce qu'il y a de plus détendant pour le moment, un sourire digne d'une poupée apparut sur son visage fin en l'entendant approuver ce marché. "Chouette chouette" s'exclama son esprit de gourmande invertébrée pendant que le visage de l'ange rester d'une douceur et d'un calme implacable, cet homme semblait accepter sa présence parce qu'elle était d'un calme et d'une politesse irréprochable, il ne faudrait pas que la seule personne avec qui elle s'entend, fuit à son approche !
L'odeur délicieuse de nourriture emplit totalement la pièce et l'esprit d'Amaya, comment était-ce possible de rester stoïque devant tant d'odeurs exquises ? Alors, à défaut de pouvoir remplir son ventre dans la seconde, elle laissa glisser son regard sur le professeur, son délicat habit qui lui rajouter un effet impressionnant bien que l'homme est, ce qui se nomme : « la prestance ». Il lui semblait que quoi que dise ou fasse cet homme, il serrait toujours d'une classe et d'un maintien parfait...

Cependant, il se passa quelques chose qui gâcha le moment présent : étant face au professeur -qui lui ne pût le voir-, elle aperçut une chose lancée dans leur direction. Chose qui provoqua un éclat argenté sous la lumière, chose qui allait blesser voir tuer Mr Edelstein, chose qui était un couteau ! Bien décidée à ne pas laisser faire cet acte, elle laissa sa forme primaire revenir et entoura l'aristocrate de ses immenses ailes d'un blanc pur et d'une douceur incroyable, le serrant contre elle pendant qu'une lumière blanche et dorée, comme un rayon de soleil, luisait autour d'eux. Purifiant l'endroit autour des deux professeur. Le couteau ne toucha pas sa cible ni les ailes de l'ange par ailleurs : il se stoppa dans sa vitesse, se tordant, changeant de couleur et de nature avant de devenir en un délicat oiseau de paradis aux magnifiques et resplendissantes couleurs chatoyantes. Oiseau qui s'agita dans tout les sens, avant de s'enfuir par une fenêtre laissée ouverte à grand bruits.
L'ange rouvrît ses yeux doucement, soulagée en voyant que ses pouvoirs marchaient encore assez bien pour purifier un couteau... Alors elle se reconcentra sur le professeur contre elle et entre ses ailes, le regardant presque timidement après cette scène qui n'avait pourtant durée qu'une dizaine de secondes ! Sa tenue ayant également changer et ses talons aidant, elle arriver presque au menton du professeur d'histoire... Craignant une autre attaque émanant des cuisiniers, elle ne le lâcha pas.

- C'est immorale d'attaquer quelqu'un de dos !

Spoiler:
 


Codage par Kuroki sur Epicode !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Delicious, isn't it ? [pv Amaya]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Delicious, isn't it ? [pv Amaya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» IT'S DELICIOUS - 25/01 à 13h35.
» Pokédex d'Amaya Tsukiyo
» A défaut d'être ton amie, je peux être ta psy [Midnight]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie RP :: Rez-de-Chaussée :: Cantine-